Goto main content
Logo Handicap International

Nous avons 6 mois de plus pour gagner

J'ENVOIE UN MAIL
à MES DÉPUTÉ.e.s

 J'interpelle 
 mes députés pour 
 mettre fin 
 aux bombardements 

9 victimes sur 10 sont des civils

Agissez avec Handicap International en interpellant dès maintenant vos députés par e-mail :
c’est à eux de porter votre voix dans le combat international contre les bombardements de civils.

J'ENVOIE UN MAIL à MES DÉPUTÉ.e.s
En savoir plus sur la campagne

*En cochant cette case, vous êtes informés que vos données à caractère personnel sont traitées par Handicap International pour les besoins de traitement du formulaire, conformément à notre politique de confidentialité. Suite à la signature, vous serez informé.e par email et/ou par courrier concernant l’activité de Handicap International. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation, de suppression et de portabilité sur les données personnelles vous concernant. Vous pouvez exercer votre droit d’opposition à recevoir notre lettre d’information à tout moment et sans justification, en cliquant sur le lien de désabonnement intégré dans le mail ou en signalant votre opposition en vous adressant à notre Digital officer à l’adresse f.bertic@hi.org.

Nous avons
6 mois de plus pour agir

Nous avons
6 mois de plus pour agir

En octobre 2019, 134 États ont lancé un processus politique inédit : élaborer ensemble une déclaration internationale interdisant l’usage des armes explosives en zones peuplées.

Après 6 mois de négociations, le texte aurait dû être bouclé en mars dernier, mais la crise sanitaire du Covid-19 a retardé les travaux diplomatiques. La déclaration politique ne sera finalement achevée qu’en fin d’année.

Nous avons 6 mois de plus pour continuer d’agir !
6 mois de plus pour faire pression sur les États !

 

 

FOCUS SUR

 

Déminer et reconstruire la Syrie prendra des générations

Dix ans après le début du conflit en Syrie, la crise humanitaire ne fait que s'aggraver. Accéder aux personnes présentant des besoins humanitaires reste un défi majeur alors que ces besoins sont immenses. La reconstruction de la Syrie prendra des générations : le niveau de destruction des infrastructures, la contamination par les engins explosifs – d’un niveau sans précédent dans l'histoire du déminage – et l'ampleur des déplacements de population poseront d’incroyables difficultés, une fois le conflit terminé. La guerre en Syrie est un exemple clair des conséquences humanitaires à long terme de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Les États doivent soutenir le projet d'accord international contre les bombardements urbains, actuellement en cours de négociation, afin d’aider à mettre fin aux souffrances des civils.

Des besoins humanitaires immenses

Alors que les violences se poursuivent en Syrie, plus de 13 millions de personnes – dont plus de 6 millions d'enfants – ont besoin d'une aide humanitaire. L'accès aux services de base (santé, nourriture, eau potable, abris, etc.) reste une priorité absolue.

6,7 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays – dont beaucoup l’ont été à plusieurs reprises – ce qui représente dans le monde la plus grande population de personnes déplacées à l'intérieur d’un pays.

Près d'un quart des personnes sont handicapées, soit près du double de la moyenne mondiale (15 % de la population mondiale a un handicap selon l’Organisation mondiale de la santé).

5,6 millions de Syriens sont réfugiés dans les pays voisins et dépendent fortement de l'aide humanitaire.

Déjà dramatique, la crise humanitaire actuelle est aggravée par une crise économique aiguë et la pandémie de Covid-19. Les personnels humanitaires luttent pour accéder à toutes les communautés dans le besoin et sont confrontés à des risques sécuritaires croissants : en 2020, 65 attaques contre des travailleurs humanitaires, dont près de la moitié ont été tués, ont été recensées. Concernant la pandémie de Covid-19, on estime à au moins 100 000 le nombre de cas de Covid-19 sur le seul territoire contrôlé par le gouvernement syrien.

Les infrastructures médicales ayant été détruites par les bombardements, les services de santé ne sont pas en mesure de faire face à cette crise supplémentaire. Seule la moitié des hôpitaux et des centres de soins en Syrie sont pleinement fonctionnels.

HI LUXEMBOURG

140, rue Adolphe Fischer
L-1521 Luxembourg
+352 42 80 60-1

HI LUXEMBOURG

140, rue Adolphe Fischer
L-1521 Luxembourg
+352 42 80 60-1

Rejoignez-nous sur :

Rejoignez-nous sur :