Accès direct au contenu

Nous avons 6 mois de plus pour gagner

Nouveau rapport HI : 
Yémen - « Des civils condamnés à mort »

Le nouveau rapport de HI sur le Yémen (seulement disponible en anglais pour le moment, version française à venir) montre, à travers 6 cas concrets observés sur le terrain, l'impact à long terme des destructions provoquées par l’usage d’armes explosives en zones peuplées.
 

FOCUS SUR :

LE PORT DE HODEIDAH : L'EFFET "DOMINO" DEVASTATEUR
Il a suffi d’une seule frappe aérienne sur le port de Hodeidah en tout début de conflit en 2015 pour déclencher des conséquences en cascade impactant durablement le fonctionnement de tout le pays :

→ Immédiatement, la capacité de ce port, le plus important du Yémen, réceptionnant normalement 70 à 80% des importations de nourriture, médicaments, carburant, a été considérablement réduite

→ La sécurité alimentaire des populations a été menacée par le manque de denrées disponibles mais aussi par une forte augmentation des prix

→ Le manque de carburant disponible, nécessaire au fonctionnement des générateurs de courant, a engendré des perturbations des systèmes d’alimentation en eau potable, des établissements de soins, du transport de biens

Ce bombardement il y a cinq ans a, encore aujourd'hui, et aura pendant des décennies, de graves conséquences pour les civils.

UNE CRISE HUMANITAIRE TOTALE

UNE CRISE HUMANITAIRE TOTALE

24 millions de personnes, soit 80 % de la population, ont besoin d'une aide humanitaire 24 millions de personnes, soit 80 % de la population, ont besoin d'une aide humanitaire 24 millions de personnes, soit 80 % de la population, ont besoin d'une aide humanitaire 24 millions de personnes, soit 80 % de la population, ont besoin d'une aide humanitaire
20 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire 20 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire 20 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire 20 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire
18 millions de personnes ont des difficultés pour accéder à l'eau potable 18 millions de personnes ont des difficultés pour accéder à l'eau potable 18 millions de personnes ont des difficultés pour accéder à l'eau potable 18 millions de personnes ont des difficultés pour accéder à l'eau potable
 Plus de 3 millions de déplacés  Plus de 3 millions de déplacés  Plus de 3 millions de déplacés  Plus de 3 millions de déplacés
Effets direct Effets direct Effets direct Effets direct
Effets Effets Effets Effets

L'histoire de Fatehia

Perdre le goût de la vie à 8 ans

Ce matin-là, Fatehia est à l’école comme tous les jours.

Une bombe, larguée à proximité, explose.

Affolés, tous les élèves sortent de classe et se précipitent dans la cour. C’est alors qu’une seconde bombe s’abat sur eux.

Wafaa, l’amie de Fatehia meurt sur le champ, juste à côté d’elle, tandis que Fatehia, est grièvement touchée.

Elle a perdu sa jambe et reste prostrée.

L'histoire de Fatehia

Perdre le goût de la vie à 8 ans

La petite fille de 8 ans est hospitalisée pendant deux semaines :

« Je pensais sans arrêt à mon amie et à ma sœur, je me renseignais tout le temps à leur sujet. Quand j'ai revu ma sœur, je me suis sentie mieux mais je m'interrogeais toujours sur Wafaa, ma meilleure amie. Puis mon père m’a dit qu'elle était morte. J'ai beaucoup pleuré. Ensuite, j'ai commencé à me demander si je pourrais remarcher un jour. On m’a apporté des béquilles. Je les détestais parce qu'elles me rendaient laide. »

L'histoire de Fatehia

Perdre le goût de la vie à 8 ans

Presque deux années s’écoulent avant que Fatehia n’arrive au centre de réadaptation de Sanaa.

Elle était totalement mutique.

Les orthoprothésistes de Handicap International expliquent les possibilités de remarcher et le protocole de soins qui permettra de pouvoir appareiller la fillette avec une prothèse.

L'histoire de Fatehia

Perdre le goût de la vie à 8 ans

Fatehia a commencé à relever la tête.

Suite aux séances de soutien psychosocial, elle accepte son handicap, s’est remise peu à peu à parler et à se faire de nouveaux amis. Elle a un sens de l'humour développé et elle rit beaucoup de tout.

Et elle a de nouveau des rêves : elle veut devenir dentiste, mais aussi dessinatrice !

Paroles d'expert HI

Alison Bottomley
Responsable Plaidoyer HI à Sanaa, Yémen | Co-autrice du rapport

« Ici, la moitié des établissements de santé ne fonctionnent plus. Les bombardements répétés ont anéanti les infrastructures sanitaires favorisant notamment le retour de certaines maladies comme le choléra. »

« Les bombardements et les pilonnages tuent et blessent les civils, mais ont aussi un impact persistant sur les générations à venir : la population devra supporter longtemps les conséquences de la destruction des routes, des ponts, des hôpitaux et des ports. »

« Ces destructions ont entraîné une forte diminution de l'accès aux soins de santé et ont rendu l'accès aux produits de base, dont les médicaments, beaucoup plus difficile. Avant le conflit, le Yémen ne disposait déjà pas d'infrastructures de santé, d'eau et de transport suffisantes. L'utilisation massive et répétée d'armes explosives dans les zones peuplées depuis 5 ans a rendu le pays encore plus vulnérable. »

HI LUXEMBOURG

140, rue Adolphe Fischer
L-1521 Luxembourg
+352 42 80 60-1

HI LUXEMBOURG

140, rue Adolphe Fischer
L-1521 Luxembourg
+352 42 80 60-1

Rejoignez-nous sur :

Rejoignez-nous sur :