Go to main content
 

« Avant, j’avais honte de venir de ce quartier. Maintenant, j’en suis fière. »

Insertion
Egypte

En Janvier 2016, Handicap International (HI) a lancé le projet « Makani » en Egypte. L’association organise régulièrement des évènements dans un quartier populaire du Caire et y fait la promotion de l’inclusion de personnes handicapées. A travers ce projet, l’association souhaite également encourager les jeunes Egyptiens à s’investir davantage dans la vie de leur quartier. 

Des enfants participant à l’évènement organisé à El Warraq. | © E. Fourt / Handicap International

Aujourd’hui, une ambiance de fête règne à El Warraq. Handicap International organise des attractions pour les enfants de ce quartier populaire du Caire. « Nous menons ces activités depuis près de deux ans », explique Mushira, la chef de projet. « El Warraq, comme d’autres zones en périphérie de la capitale, est surpeuplé et mal desservi. Les autorités locales n’ont pas les capacités de répondre à tous les besoins de la population qui compte plus d’un million d’habitants. Ici, les activités récréatives ne sont pas considérées comme une priorité. Pourtant, les enfants doivent pouvoir disposer d’endroits pour apprendre et jouer. C’est essentiel et ça favorise également la cohésion sociale. »

Une dizaine de jeunes adultes coordonne l’évènement. « Nous avons formé ces jeunes volontaires pendant plusieurs mois avant d’organiser ce genre d’évènements », explique Mushira. «  L’idée est qu’ils soient les acteurs du changement ici. Ils vivent dans ce quartier, connaissent le contexte et les habitants : ce sont les meilleurs personnes pour mener ce genre de projet. Nous les avons également sensibilisés à la thématique de l’inclusion, au début de notre intervention. Il y a un certain nombre de personnes handicapées ici et il est important que toute la population d’El Warraq puisse participer aux évènements que la jeunesse organise désormais », commente la chef de projet.

Une jeune fille atteinte de trisomie vient prendre la main de Mushira et l’encourage à se joindre aux activités. Les enfants du quartier ont été divisés en groupes organisés autour de différentes thématiques. Certains s’initient à la chanson pendant que d’autres dessinent ou font de l’origami. Tous sourires, ils échangent avec les autres enfants de leur âge. Qu’ils soient ou non en situation de handicap n’est pas important, chacun est accepté comme il est et les activités sont adaptées à tous.

Souheila, l’une des jeunes volontaires du projet, anime l’atelier peinture. Tout en magnant ses pinceaux, elle explique : « Ce qu’on est en train de créer ici est quelque chose de nouveau mais aussi de foncièrement beau. On promeut le vivre ensemble et on donne le sourire à des personnes qui vivent dans des conditions parfois compliquées. J’ai grandi dans ce quartier et cela me fait plaisir de voir ce que ces activités amènent aux habitants. Et puis, ce projet n’est pas seulement bénéfique pour les gens qui viennent à nos évènements. Il m’a aussi beaucoup appris sur moi. Aujourd’hui, je sais comment agir avec les personnes handicapées et j’ai compris l’importance de l’inclusion. De façon plus générale, « Makani » m’a aidée à donner vie à mes rêves, m’a encouragée à sortir de ma zone de confort, à partager davantage avec les autres et à comprendre que je pouvais être actrice du changement. »

En fin d’après-midi, lorsque l’évènement touche à sa fin, les chants d’une centaine d’enfants résonnent dans le quartier. Les jeunes adultes formés par HI remercient les participants d’être venus. Souheila conclue : « Quand je vois la joie sur le visage des habitants, que ce soit les enfants ou leurs parents, je réalise à quel point les évènements que nous organisons changent leur quotidien. Et c’est toute la réputation d’El Warraq qui évolue peu à peu. Avant, j’avais honte de dire que je vivais ici. Maintenant, j’en suis fière et j’espère que ce projet continuera avec les générations à venir. »

HI: Lancé en janvier 2016, « Makani » vise à améliorer l’offre d’activités récréatives dans un quartier surpeuplé et populaire du Caire. Le projet s’appuie sur une approche inclusive et vise aussi à encourager les jeunes Egyptiens à s’investir dans la vie de leur communauté. Les évènements que ces jeunes organisent et les initiatives qu’ils mettent en place doivent être accessibles à tous et promouvoir la cohésion sociale. L’objectif à plus long terme de « Makani » est de faire en sorte que la voie de la jeunesse soit entendue par les différents acteurs communautaires (autorités locales, ONGs, chefs communautaires, prestataires de service, etc.) et que celle-ci puisse jouer un rôle clé dans la société égyptienne.  

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans le camp de Bentiu
© Till Mayer / HI
Insertion

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans le camp de Bentiu

Le récent rapport de HI et IOM[1] établit un bilan de la situation au sein du camp de protection des civils de Bentiu, au Soudan du Sud : pour les personnes handicapées, les conditions de vie sont difficiles et les services humanitaires ne répondent pas suffisamment à leurs besoins. Des pistes d’amélioration sont proposées.


[1] IOM = International Organization for Migration

Prince, le boxeur solidaire
© HI Lux
Insertion

Prince, le boxeur solidaire

Ce 28 avril 2018, Prince Junior (champion du Benelux et champion d’Europe WKU) a remporté son combat lors du Gala de boxe Kings Of Muay Thaï.

Etre handicapée dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI
Insertion

Etre handicapée dans un camp de réfugiés

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Elle et sa famille sont originaires du Myanmar. Ils sont arrivés au Bangladesh en septembre dernier. A cause de son handicap, il est difficile pour Lalu d’être réellement intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. HI lui est venue en aide.