Go to main content
 
 

Fin des opérations de déminage de HI au Sénégal

Mines et autres armes
Sénégal

Handicap International (HI) clôt ses opérations de déminage en Casamance qu’elle a lancées en 2011. 6 ans d’actions avec quelques mois d’interruption en 2014 qui ont permis de libérer plus de 160 000 m2 de terres soit 24 terrains de foot, pour le bénéfice de 1,5 million habitants de la région. 

Démineur dirigeant la Digger. | © Handicap International

Entre 2012 et 2017, l’équipe de démineurs de HI au Sénégal a pu déminer près de 163 203 m² soit libérer des terres (champs, voies de communication) pour un total de 12 villages. Plus de 1, 5 million de personnes sont maintenant libérés de la menace des mines et des restes explosifs de guerre, héritage du conflit indépendantiste dans la région dans les années 1980-1990.

HI a utilisé plusieurs techniques : déminage manuel utilisation des détecteurs de métaux, emploi de chiens démineurs en 2015 et 2016 et recours à une Digger notamment à partir de février de 2016, ce qui a permis de grandement accélérer les opérations. La Digger[1] couvre entre 400 m² à 500 m² par heure, selon la végétation ou le type de sol, soit entre 24 000 m² et 3 000 m² pour une journée de travail de 6 heures. Une équipe de démineur avec des chiens couvre en moyenne 300 à 400 m2 de terrain en une journée de travail.

Depuis le début des opérations en 2011, 27 mines ont pu être sécurisées depuis décembre 2015. « Certaines sont détruites sur place, et d’autres sont neutralisées et stockées afin de les utiliser soit pour la formation de déminage soit pour l’entrainement des chiens pour repérer les mines », explique Faly Keita, le chef de la base HI en Casamance.

La Digger a été particulièrement précieuse pour les équipes de HI notamment en raison de la présence de PRBM 35, mine à une version indétectable par les détecteurs.

« Le déminage a donc permis de redonner confiance aux populations locales, de leur permettre de retrouver leurs terres et de les travailler plus sereinement. Dans le village de Kanico, les habitants ont même pu construire une église sur une zone déminée par HI au mois de janvier dernier », souligne Faly Keita.

Le Sénégal a rejoint le traité d’Ottawa en 1998 qui interdit l’utilisation des mines antipersonnel et a prévu de se déclarer libre de mines en 2021.

 

[1] Une Digger est un char de déminage. Il s’agit d’un véhicule blindé qui a la façon d’une moissonneuse batteuse, fait tourner sur sa partie avant des poids en métal. En frappant le sol, ces poids font exploser les mines et les restes explosifs de guerre susceptibles de se trouver sur son passage.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.

Mines antipersonnel: 20 ans de progrès menacés
O. Van Der Broeck / HI
Mines et autres armes

Mines antipersonnel: 20 ans de progrès menacés

Cette semaine, les 164 Etats parties à la Convention d'Ottawa sont réunis à Oslo pour la 4e Conférence pour un monde sans mines qui vise à évaluer les progrès accomplis dans l'interdiction des mines antipersonnel, le déminage et l'aide aux victimes. 

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées
Wikipedia
Mines et autres armes

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Le lundi 18 novembre, aux Nations unies à Genève, les délégations d’États, les militaires, les agences des Nations Unies et la société civile se réuniront pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.