Go to main content
 

Jalal, 30 ans, pourra bientôt remarcher

Réadaptation Urgence
Syrie

Jalal (30 ans) été grièvement blessé lors d’un bombardement dans sa ville, en  Syrie. Amputé des deux jambes suite à cet accident, il suit des sessions de kinésithérapie, dans l’espoir de retrouver un peu de sa mobilité. Il sera également bientôt appareillé de prothèses, qui lui permettront de marcher à nouveau. Handicap International apporte son aide à la population en Syrie, grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) et de son partenaire local dans le pays.

Jalal, lors d’une session de réadaptation.

Jalal, lors d’une session de réadaptation. | © Handicap International

« Je ne pensais pas me retrouver, un jour, dans cette situation », explique Jalal aux professionnels de l’association. Installé sur l’une des banquettes du centre de santé, prêt pour une nouvelle séance de kinésithérapie, il raconte :

« C’était un jour de printemps, il y a trois ans. J’étais parti au marché, pour acheter du pain pour ma famille. Alors que je marchais au milieu des étals, j’ai entendu des bruits d’avions, au loin. Je ne m’en suis pas inquiété, pensant que ceux-ci bombarderaient les lignes de front, pas un simple marché. Mais c’est sur nous que, quelques minutes plus tard, les bombes se sont abattues. Je me suis écroulé et quand j’ai ouvert les yeux, la plupart des gens autour de moi étaient morts. Ceux qui étaient encore vivants criaient à l’aide, désespérément. »

« J’ai remercié Dieu d’être l’une de ces personnes encore en vie, mais quand j’ai tenté de me remettre debout, j’ai réalisé que mes jambes ne me portaient plus. Je baignais dans une mare de sang et j’ai compris que j’avais été blessé. Des ambulances ont commencé à arriver et m’ont emmenée à l’hôpital. Les médecins m’ont immédiatement amputé les deux jambes. » 

Depuis son accident, Jalal ne peut plus travailler. Ses deux frères, chauffeurs, subviennent à ses besoins. Le Syrien admet que l’une des choses qui lui manque le plus est de pouvoir conduire, des motos ou des voitures.

Depuis plusieurs mois, Jalal prend part à des séances de kinésithérapie. Il souhaite retrouver sa mobilité et fait déjà beaucoup de projets. Il aimerait pouvoir ouvrir une concession automobile : une autre façon de vivre sa passion au quotidien. « Lorsque nous avons rencontré Jamal », explique le kinésithérapeute, « ses muscles étaient très affaiblis. Nous avons fait de nombreuses séances pour le préparer à remarcher, une action particulièrement difficile pour un double-amputé. » Bientôt, Jalal sera appareillé de deux prothèses. Ses efforts lors des sessions de kinésithérapie portent leurs fruits, ce qui semble ravir le Syrien. « J’aimerais remercier tout le personnel de santé qui m’a permis d’en arriver là et qui a pris soin de moi », conclue-t-il. Depuis le début de la crise syrienne, Handicap International et ses partenaires locaux ont appareillé plus de 2 000 personnes en prothèses et orthèses, dans le pays.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.