Go to main content
 
 

« Je me souviens encore de l’explosion »

Abdallah, 16 ans, originaire de Deraa, en Syrie. En 2014, il a été victime d’un bombardement. Amputé d’une jambe, il vit désormais en Jordanie et il réapprend à se déplacer avec l’aide de Handicap International.

Testimony_Abdalah_Jordan

Abdalah réapprend à marcher avec l'aide de l'équipe de Handicap International. | © E. Fourt / Handicap International

« Je me rappelle encore de ce jour-là », raconte Abdallah. « J’étais chez moi, avec ma famille. C’était un matin. Des avions sont arrivés et ont bombardé notre quartier… Je me souviens de l’explosion… Mon père et moi avons été blessés, mon voisin est mort sur le coup. Et puis j’ai perdu connaissance… » L’adolescent fait une pause, puis ajoute : « Je me suis réveillé une semaine plus tard, à l’hôpital de Ramtha, en Jordanie. J’étais complètement perdu et je souffrais beaucoup. Les médecins ont testé la sensibilité de mes jambes, et puis, ils ont finalement décidé d’en amputer une. J’ai passé deux mois à l’hôpital, puis j’ai commencé les sessions de réadaptation dans un centre de soins. »

Salam, kinésithérapeute de l’association, prend en charge Abdallah depuis plusieurs semaines. « Nous lui avons d’abord donné une chaise roulante et des béquilles pour se déplacer. Comme il est aujourd’hui appareillé d’une prothèse, nous lui apprenons à se déplacer avec. Cela l’aide au quotidien, mais aussi pour sa pratique sportive », explique-t-elle. « J’adore le basketball », ajoute Abdallah, « je fais partie d’une équipe locale ici. Je vais aussi beaucoup à la salle de sport, quand je ne suis pas au lycée ou avec mes amis ». « Mon fils est un athlète, malgré son handicap », ajoute fièrement sa mère, Rahma, avec un grand sourire.

Si Abdallah et elle ont trouvé refuge en Jordanie, une partie de leur famille est restée bloquée en Syrie. « Je leur parle parfois, quand la connexion internet fonctionne correctement », explique l’adolescent. « Ils me disent que la situation y est très dure, qu’il y a encore des bombardements… J’aimerais que ce conflit s’arrête, et pouvoir rentrer dans mon pays. Mais en attendant que cela arrive, j’étudie beaucoup. Un jour, j’aimerais devenir médecin prothésiste. »

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir
© Davide Preti/HI
Réadaptation

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, Handicap International a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

Philippines : HI distribue des kits d’hygiène aux victimes du typhon Kammuri
© Cyclocane
Urgence

Philippines : HI distribue des kits d’hygiène aux victimes du typhon Kammuri

HI et ses partenaires se préparent à distribuer des kits d’hygiène et de réparation de maisons suite au passage du typhon Kammuri qui a affecté près de 760 000 personnes aux Philippines début décembre.