Go to main content
 

La nouvelle vie d’Abdullah

Réadaptation
Libye

Abdallah est un jeune garçon de 14 ans. Il souffre d’une paralysie cérébrale qui nécessite des soins particuliers, difficiles à trouver en Libye. Handicap International lui a fourni du matériel spécifique qui soulage également sa famille.

Abdallah avec ses deux petits frères et leur père | Handicap International

Les parents d’Abdallah sont syriens et se sont réfugiés en Libye depuis 2004. Le père d’Abdallah a réussi à retrouver du travail dans le bâtiment ;  sa mère est femme au foyer. Abdallah a deux frères et une sœur ; ils sont tous les quatre nés en Libye.

Ce jeune garçon de 14 ans est né avec une paralysie cérébrale qui entraîne des troubles mentaux, des difficultés de mobilité ainsi que des crises épileptiques. Plus il grandit, plus son état de santé se dégrade. Il est difficile pour ses parents de s’occuper de lui, plus particulièrement quand les services médicaux sont coûteux.

Handicap International a été contactée par le père d’Abdallah qui cherchait une forme de soutien. L'équipe de HI a rencontré la famille en mai 2017. L’association a fourni des équipements d’aide à la mobilité, dont une chaise roulante spéciale et une chaise de toilette. Avant l’intervention de HI, Abdallah souffrait d’escarres et il était difficile pour ses parents de le conduire aux toilettes. L’association a également informé la famille sur les centres de santé où elle pourrait obtenir les soins nécessaires à la santé de leur fils.

« Les familles réfugiées ou déplacées se retrouvent dans un environnement totalement nouveau et le plus souvent ne connaissent pas les services de santé ou humanitaires auxquels elles peuvent avoir accès, explique Cat Smith, directrice de Handicap International pour la Libye. Certaines familles n'ont pas les moyens financiers ou physiques nécessaires pour accéder à l'assistance dont elles ont besoin. Une personne handicapée, par exemple, peut se retrouver sans le traitement dont elle a besoin, avoir perdu pendant sa fuite le matériel qui lui permettait de se déplacer chez elle. Un aidant, qui est le plus souvent un membre de la famille, peut être totalement dépassé par la situation, en particulier si il s’agit d’une personne récemment blessée ou handicapée. Notre rôle consiste à sillonner les rues de Tripoli, de Misrata et des villes voisines, à mener des enquêtes de voisinage pour repérer les personnes handicapée, vulnérables, et exclues. Après avoir effectué des évaluations personnalisées, nous pouvons fournir des séances de physiothérapie et un soutien psychosocial, d’apporter l’équipement matériel nécessaire et les informer sur les services – aide humanitaire ou service de santé libyen -où ils pourront trouver l’aide dont ils ont besoin. Ce travail d’aiguillage change bien souvent le quotidien des familles ».


Depuis décembre 2016, Handicap International a mis en place des équipes mobiles qui vont à la rencontre des déplacés et des réfugiés à Tripoli et dans sa périphérie pour identifier les personnes vulnérables dont les personnes handicapées, fournir le cas échéant le matériel dont elles ont besoin (fauteuils roulants, béquilles…) apporter une aide en réadaptation ou psychologique, ou les aiguiller sur les services existants. En parallèle, Handicap International apporte un appui technique à 11 centres de santé. Depuis décembre 2016, Handicap international a évalué et fournit une aide adaptée à 1 850 bénéficiaires. 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables
Khendo (à droite) et Nirmala se sont rencontrées à l'hôpital après le séisme de 2015. Depuis, elles ne se quittent plus. ©Elise cartuyvels/HI

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes
Khendo, victime du séisme, avec Sudan son kinésithérapeute | © Elise Cartuyvels / HI

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes

Il y a trois ans, la terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. HI, présente sur place, intervient immédiatement auprès des personnes affectées, et vient en aide à plus de 15 000 personnes.

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal, il a gagné 22 médailles sportives
© Elise Cartuyvels/HI

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal, il a gagné 22 médailles sportives

25 avril 2015, séisme au Népal : Ramesh, 18 ans, se retrouve enseveli sous les décombres, conscient. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et avoir reçu des prothèses avec le soutien de HI, il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Musculation, nage, tennis, basket, danse, course de chaises roulantes : Ramesh relève tous les défis.