Go to main content
 

Quand je joue au foot, je ne suis plus la fille avec 2 prothèses

Réadaptation Urgence
Jordanie Syrie

Salam a 14 ans. Il y a 2 ans, son quartier en Syrie était la cible d’intenses bombardements. Ce jour- là tout a basculé. En la voyant arriver dans la cour de la maison familiale, il est difficile d’imaginer l’incroyable parcours de cette jeune fille soutenue par Handicap International depuis son arrivée en Jordanie. Handicap International apporte son aide aux réfugiés syriens en Jordanie grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO).

G. Vandendalen / Handicap International

Salam et sa famille vivent à 11 dans un modeste deux pièces situé au cœur d’un village rural,  à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Irbid. A Irbid, des équipes d’Handicap International offrent leurs services au sein de l’hôpital. Mais pour Salam comme pour d’autres patients vivant trop loin, l’association organise des visites à domicile. Chaque semaine, une équipe mixte, composée d’une kinésithérapeute et d’un assistant social vient à elle.

Salam revient sur cette journée où tout a basculé : « Mon quartier était la cible d’intenses bombardements aériens, je marchais en rue avec Falak, ma grande sœur quand des bombes ont commencé à tomber du ciel dans un bruit assourdissant, ma sœur et moi avons cherché à nous abriter, une bombe est tombée à quelques mètres de nous... ma sœur ainée, touchée à la tête, n’a pas survécu. Moi j’ai été atteinte par des éclats de bombe des pieds à la tête » poursuit-elle, sous le regard attristé de sa maman.

C’est en Syrie qu’elle fut amputée en urgence avant d’être envoyée en Jordanie avec son grand frère pour poursuivre son traitement, avant d’être rejointe par le reste de la famille.

A 14 ans, Salam est toujours en pleine croissance, ses prothèses doivent être changées tous les 6 mois, pour s’adapter à sa taille. A chaque visite, l’équipe d’Handicap International s’assure également du bon état de celles-ci, en effet, le moindre défaut peut les rendre très inconfortables et empêcher la bonne poursuite de la réadaptation.

Aujourd’hui, au programme de cette séance de hebdomadaire : Salam soulèvera des poids pour renforcer la musculature, elle marchera sur terrain accidenté pour améliorer son équilibre, elle terminera par une partie de football, son sport favori !

Une force de caractère incroyable

« Salam n’a pas attendu d’avoir ses prothèses pour marcher. Après son amputation et ses cicatrices bien fermées, elle s’est mise à marcher sur ses moignons ! » nous explique sa maman.

Grande fan de football, Salam admire particulièrement Lionel Messi. Son amour pour le ballon rond n’est pas virtuel ;  Salam adore jouer au football dans la rue avec ses frères et sœurs ou avec quelques voisins. «Quand je joue au foot, je suis leur partenaire de jeu, et non plus la fille avec 2 prothèses ! » explique Salam en souriant.

Depuis peu, Salam, qui semble être toujours à la recherche d’un nouveau défi à relever, réussi à gravir le tas de pierres qui se trouve sur la parcelle familiale. 

Handicap International accorde aussi une grande importance à la réhabilitation fonctionnelle en travaillant avec Salam les petits gestes du quotidien normaux pour une fille de son âge. Salam est très fière de pouvoir aider sa maman en cuisine, lors de la préparation de repas par exemple.

Pour le futur, le plus grand souhait de Salam serait de pouvoir retourner en classe.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.