Go to main content
 
 

Séisme en Indonésie : de nombreuses personnes ont besoin de soins de réadaptation

Suite au tremblement de terre qui a frappé la province d’Aceh, en Indonésie, ce mardi 7 décembre, Handicap International s’est rendue dans les zones affectées afin d’évaluer l’ampleur de la catastrophe. De nombreuses personnes ont besoin de soins de réadaptation et d’aides à la mobilité (chaises roulantes, béquilles, etc.).

Séisme en Indonesie - photo archive | © Benoit Darrieux / Handicap International

Le séisme de magnitude 6,5 qui a frappé la province d’Aceh (district de Bireuen et de Pidie Jaya), en Indonésie, ce mercredi 7 décembre 2016, a tué plus de 100 personnes et blessé plus de 600 autres. Plus de 250 maisons et échoppes, 14 mosquées, 1 école et 1 hôpital se sont effondrés, et certaines routes principales ont été endommagées, compliquant l’accès à certaines zones affectées. Plus de 3200 personnes ont été déplacées dans des abris temporaires, et de nombreuses personnes ont passé la nuit dans des lieux surélevés, craignant que de nouvelles secousses provoquent un tsunami. L’état d’urgence a été déclaré au niveau provincial.

Handicap International, présente en Indonésie depuis 2005, a envoyé jeudi 8 décembre un expert urgentiste et un kinésithérapeute dans les zones touchées afin d’évaluer la nécessité d’une intervention d’urgence. « Nous nous sommes rendus sur place : de nombreuses personnes, blessées par le tremblement de terre, ont besoin de suivre des séances de réadaptation et de recevoir des chaises roulantes, des béquilles et des déambulateurs. Nous avons déjà distribué quelques aides à la mobilité. Il est également essentiel que les personnes handicapées soient prises en compte par les acteurs humanitaires, qu’elles aient accès aux services (soins de santé, alimentation et eau potable, etc.) ou soient référées vers d’autres organisations qui leur apportent un soutien adapté.", a expliqué Laura Giani, responsable des programmes Asie pour Handicap International.

Suite au tsunami du 26 décembre 2004, Handicap International avait mené une intervention d’urgence en Indonésie, au Sri Lanka et en Inde, et permis à plus de 3600 victimes de bénéficier de séances de réadaptation. Aujourd’hui, Handicap International est toujours active en Indonésie dans les provinces de Yogyakarta et de Nusa Tengara Timur. L’association défend les droits des personnes handicapées, renforce leur participation au sein de leur communauté et les prépare aux risques de catastrophes naturelles.  

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Cuisine du Monde Burkina Faso
© Erwan Rogard / Handicap International
Evénements

Cuisine du Monde Burkina Faso

Le jeudi 30 janvier aura lieu la première édition de l’année 2020 de notre Cuisine du Monde !

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir
© Davide Preti/HI
Réadaptation

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, Handicap International a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.