Accès direct au contenu
 
 

Un meilleur accès au travail et aux services pour les personnes en situation de handicap

L’année dernière, Handicap International a lancé un projet ayant pour but de promouvoir l’inclusion des personnes en situation de handicap au sein de la société irakienne. Les équipes de l’organisation travaillent dur pour améliorer la vie des personnes en situation de handicap,  en facilitant leur accès au travail et en s’assurant qu’elles ont accès à des soins de kinésithérapie adaptés.

Mossoul_Testimony_CBR

Shawkat. | © E. Fourt / Handicap International

Ara, 8 ans, souffre de paralysie cérébrale depuis sa naissance. L’accès difficile à des centres de réadaptation dans la région de Halabja (Kurdistan Irakien) l’a empêché, pendant plusieurs années, de bénéficier de sessions de kinésithérapie. En 2016, dans le cadre du nouveau projet de l’association, une équipe de Handicap International a rendu visite à la famille du petit garçon. « Ils ont permis à mon fils de bénéficier de séances de réadaptation » explique Zhino, sa mère. « Ils m’ont aussi aidée à surmonter ma dépression. Depuis que Handicap International nous a contactés, j’ai repris espoir et ma vie s’est beaucoup améliorée. Je n’ai plus l’impression d’être seule. Au fil des sessions, ils m’ont appris à prendre soin d’Ara et à ne pas accorder trop d’importance à ce que les gens, dans notre communauté, pouvaient dire de mon fils ou de sa condition. Cela m’a énormément aidée. »

« Ce projet de Handicap International vise à promouvoir l’inclusion des personnes en situation de handicap dans toutes les sphères de la société » explique Tomas Bokor, le coordinateur des opérations de développement de l’association. « Nous ne faisons pas que permettre à ces personnes d’accéder aux services de santé dont elles ont besoin, nous nous assurons également qu’elles peuvent avoir accès à l’éducation, au travail ou à tous types d’activité sociale. Notre projet va bien au-delà de la mise en place de services de réadaptation. Nous voulons que nos bénéficiaires soient heureux et qu’ils sentent qu’ils ont un rôle à jour au sein de la société. »

Emancipation

Non loin de chez Ara, dans un village en périphérie de Halabja, on rencontre Shawkat. Son histoire est certainement l’un des meilleurs exemples de ce que l’association essaie de faire, au travers de ce nouveau projet. Il y a dix ans, cet homme kurde a perdu une jambe. « Ce jour-là, j’étais parti cultiver mon champ. Je ne me rappelle pas de grand-chose, juste du moment où j’ai marché sur une mine », dit-il. Quelques années après son accident, Handicap International a appareillé Shawkat d’une prothèse et lui a fait bénéficier de sessions de réadaptation. Plus récemment, l’association lui a proposé une nouvelle opportunité. « Avec ce projet, nous voulons nous assurer que les personnes en situation de handicap sont inclues partout” explique Yagdar, également chargé des opérations de développement de l’association. « Shwakat est un homme très actif et nous lui avons proposé de rejoindre le conseil municipal. » Depuis, le Kurde semble avoir retrouvé le bonheur, en dépit de son passé tragique.

“L’association m’a aidé à me remettre sur pied, mais je ne savais pas encore ce que je voulais faire, une fois rétabli. Je n’avais jamais pensé à être membre du conseil municipal, avant qu’ils ne m’encouragent à proposer ma candidature. Je suis fier de représenter les personnes en situation de handicap au sein de ma communauté, désormais. »

Opportunités professionnelles

Handicap International aide également les personnes en situation de handicap et leurs familles à trouver du travail. « Il y a six ans, mon père, Ali, a été victime d’un accident cérébral vasculaire », explique Osama lorsqu’on le rencontre. Depuis, Ali n’est plus en mesure de travailler et de subvenir aux besoins de sa famille. Ce père de 4 enfants vit dans un endroit reculé, où aucun service de réadaptation, qui lui permettrait de retrouver un peu de sa mobilité, n’est disponible. Au cours des dernières années, Ali et sa famille ont fait face à de nombreuses difficultés financières. Une équipe de Handicap International a récemment été alertée de leur situation et est allée leur rendre visite. « Nous avons décidé d’aider Osama à trouver du travail, pour qu’il puisse subvenir aux besoins de son père et de sa famille », explique l’un des représentants de l’association.

Payam, qui souffre d’une maladie congénitale, a aussi bénéficié de l’assistance de l’association. « Handicap International m’a fait don d’une machine à coudre, me permettant de lancer mon activité professionnelle. L’association m’a fait comprendre qu’en dépit de mon handicap, ma vie et ma façon de la vivre, ont un sens. » En 2017, Handicap International compte venir en aide à beaucoup d’autres personnes comme Ara, Shawkat, Payam et Osama. Plus de 3 450 personnes ont déjà bénéficié de ce projet depuis son lancement.

 

Payam. © Handicap International

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes Technologie

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils

Alors que Handicap International se bat pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zone urbaine, un rapport révèle que 29.499 personnes ont été tuées ou blessées par ce type d’engin en 2019 dans le monde. 66% d’entre-elles étaient des civils.

Cuisine du Monde Burkina Faso
© Erwan Rogard / Handicap International
Evénements

Cuisine du Monde Burkina Faso

Le jeudi 30 janvier aura lieu la première édition de l’année 2020 de notre Cuisine du Monde dans nos locaux à Luxembourg.

Séisme en Haïti, 10 ans déjà: Moïse rêve à son avenir
© Davide Preti/HI
Réadaptation

Séisme en Haïti, 10 ans déjà: Moïse rêve à son avenir

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.