Go to main content
 

Worood, 8 ans: « J’aimerais pouvoir taper dans mes mains, comme les autres enfants »

Réadaptation Urgence
Syrie

Worood a 8 ans et est originaire de Syrie. En février 2013, elle et sa famille ont été victimes d’un bombardement. Worood a dû être amputée d’un bras. Depuis plusieurs semaines, le partenaire de Handicap International en Syrie l’assiste avec des sessions de kinésithérapie. Handicap International apporte cette assistance à Worood grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) et de son partenaire local dans le pays.

Worood, lors d’une session de réadaptation.

Worood, lors d’une session de réadaptation. | © Handicap International

Aujourd’hui, Worood se rend au centre de réadaptation pour une nouvelle session de kinésithérapie. Voilà bientôt trois ans que la petite fille a été blessée lors d’un bombardement. Pourtant, le souvenir de cet évènement est encore vif dans l’esprit de ses parents. «  C’était un matin de février 2013 » racontent-ils alors qu’ils s’installent dans la salle de kinésithérapie avec leur fille.

« Nous nous étions rendus chez des proches et Worood jouait avec ses cousins, dans le salon. Soudain, nous avons entendu le bruit d’avions, qui volaient au-dessus de la maison. Nous avons tenté de fuir, mais des bombes à sous-munition nous tombaient déjà dessus. Trois des enfants sont morts lors de ce bombardement, et nous avons tous été touchés par des éclats d’obus ».

Em Issa, la mère de la petite fille, ajoute : « Malgré mes blessures, j’ai immédiatement accouru vers Worood et nous avons été transférées vers l’hôpital le plus proche de là où nous nous trouvions. Les médecins ont tout fait pour essayer de sauver son bras, mais il était déjà trop tard… »

La petite fille confie alors :

« J’aimerais pouvoir taper dans mes mains, comme les autres enfants à l’école, quand ils applaudissent ou quand ils jouent. »  

« Cela sera bientôt possible », assure le kinésithérapeute qui la suit, avec un grand sourire. « Aujourd’hui, nous entamons la huitième session de kinésithérapie. Lorsque nous l’avons rencontrée, Worood souffrait d’un problème de mobilité au niveau de l’épaule. Nous avons donc travaillé sur le renforcement de ses muscles, pour la préparer à recevoir une prothèse. »

Abou Issa, le père de Worood, ambulancier de profession, se réjouit de cette nouvelle. « Depuis son amputation, ma fille ne pouvait plus faire toutes les activités qui demandaient l’usage des deux mains. Cette prothèse va tout changer pour elle », explique-t-il. Depuis le début du conflit, Handicap International et son réseau de partenaires locaux ont mis en place plus de 25 000 sessions de kinésithérapie pour la population blessée et/ou handicapée, en Syrie. 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.