Go to main content
 

Les bombardements aériens tuent les civils

Réadaptation
Syrie

Selon le dernier rapport de l’Association On Armed Violence (AOAV), 15 399 civils ont été tués par des armes explosives de toutes sortes pendant les 11 premiers mois de l’année 2017. Une augmentation de 42 % par rapport à la même période en 2016. Principalement en cause, l’augmentation spectaculaire des bombardements aériens.

Mohammad, kinésithérapeute de HI, en séance de rééducation avec Abdallah, 13 ans, originaire de Mossoul Ouest. Il souffre d’une fracture de la jambe suite à l'explosion d'un missile.

Mohammad, kinésithérapeute de HI, en séance de rééducation avec Abdallah, 13 ans, originaire de Mossoul Ouest. Il souffre d’une fracture de la jambe suite à l'explosion d'un missile. | © William Daniels/HI

Sur les 15 399 civils tués par des armes explosives, 58 % d’entre eux ont été tués par des bombardements aériens, principalement en Syrie, en Irak et au Yémen. Ce qui représente une augmentation de 82 % des victimes de bombardements aériens entre 2016 et 2017 (sur les 11 premiers mois de chacune de ces années). 70 % des incidents recensés se sont produits dans des zones urbaines.

Les bombardements aériens sont en grand majorité perpétrés par des coalitions et des armées appartenant à des Etats. Ces derniers sont ainsi devenus en 2017 responsables de la majorité des morts civils, une première depuis qu’AOAV a lancé son rapport en 2011.

« Alors qu’une grande partie des conflits actuels se déroulent dans des zones urbaines, les Etats doivent reconnaître les nombreux problèmes humanitaires posés l’utilisation des armes explosives en zones peuplées : blessures graves et invalidantes, traumatismes psychologiques lourds, déplacements forcés et appauvrissement des populations, destruction d’infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), anéantissement des tissus social et économique… Ils doivent s’engager contre cette pratique dont les conséquences sont dévastatrices pour les populations locales, affirme Anne, Héry, directrice du plaidoyer à HI.

Pour une déclaration politique

Au sein de la coalition INEW (International Network on Explosive Weapons), HI appelle les Etats à s’engager à œuvrer pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, et notamment à soutenir les initiatives internationales allant dans ce sens. L’association appelle les citoyens à signer une pétition pour mobiliser les Etats contre le fléau.

Les victimes de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, pratique devenue courante dans les conflits actuels, sont à 92 % des civils. Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et des blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques lourds. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Les blessés ont un besoin urgent de réadaptation fonctionnelle. HI se mobilise et déploie ses équipes.
© M.J. Cole / HI 2014

Gaza : Les blessés ont un besoin urgent de réadaptation fonctionnelle. HI se mobilise et déploie ses équipes.

HI lance ses actions d’aide aux blessés de Gaza et déploie 10 équipes sur place afin de fournir des soins en réadaptation à domicile.                

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables
© Elise Cartuyvels / HI

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes
Khendo, victime du séisme, avec Sudan son kinésithérapeute | © Elise Cartuyvels / HI

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes

Il y a trois ans, la terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. HI, présente sur place, intervient immédiatement auprès des personnes affectées, et vient en aide à plus de 15 000 personnes.