Accès direct au contenu
 
 

« Nous avons distribué des masques aux personnes les plus fragiles »

Santé Urgence
Myanmar (Birmanie)

Fabrice Vandeputte, directeur de Handicap International en Birmanie, explique les actions menées par ses équipes afin d’aider les personnes les plus vulnérables à se prémunir face à l’épidémie du coronavirus.


 

HI distribue du gel hydroalcoolique, des savons et des masques aux personnes que l'organisation soutient.

HI distribue du gel hydroalcoolique, des savons et des masques aux personnes que l'organisation soutient. | © HI

« La Birmanie est touchée par le COVID-19 depuis quelques semaines, et la situation est inquiétante : les capacités à mener des tests de détection étant très faibles, on ne mesure pas l’ampleur de l’épidémie dans le pays. On pense que le nombre de personnes touchées est nettement supérieur à ce qui a été annoncé.
Nous sommes particulièrement inquiets pour les personnes les plus vulnérables : en effet, nous travaillons notamment avec des personnes qui ont dû fuir les conflits et vivent dans des camps de déplacés internes, au nord du pays. Ils ont très peu de ressources, et vivent parfois à 8 dans une pièce de 4 mètres carré. Ils n’ont pas toujours accès à l’eau courante, au savon, etc. Ils ne sont pas tous connectés aux réseaux sociaux, et ne sont pas suffisamment informés au sujet des risques liés à cette épidémie. Ils pourraient donc être plus vite touchés par le covid-19, et les conséquences pourraient être considérables.

Distribution de gels et de masques

Dans ce contexte d’épidémie, nous avons adapté nos activités. D’une part, nous avons distribué des masques et du gel hydro-alcoolique aux personnes que nous soutenons, afin qu’ils puissent se laver les mains et se protéger.

Réadaptation à distance

De plus, les kinés de HI ont filmé des séances de kinésithérapie et ces vidéos ont été transmises à des volontaires formés par HI qui se trouvent dans certains villages qui ont été fermés par les chefs de communautés afin d’éviter la propagation de l’épidémie. Nos patients peuvent donc continuer à suivre les séances de réadaptation à domicile, en visionnant ces vidéos, avec l’aide des bénévoles. Des téléphones ont été distribués à ces volontaires, afin qu’ils puissent rester en contact avec les équipes de HI et les personnes aidées. 

Services ambulanciers

Nous sommes aussi en train de collaborer avec trois hôpitaux (notamment à Yangon) et avec les centres de quarantaine afin de soutenir les équipes d’urgence (tri des patients, distribution de ventilateurs pour les salles de réanimation, distribution de paracétamol). Nous travaillons aussi avec les services ambulanciers, afin de s’assurer qu’ils ne soient pas contaminés lors du transport de patients malades, et qu’ils maitrisent les protocoles de désinfection des ambulances ».
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI sillonne Beyrouth pour accompagner les blessés
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI sillonne Beyrouth pour accompagner les blessés

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nour Khalaf, 33 ans, souffre d'une douleur chronique au bas du dos, aggravée lorsqu’elle est tombée lors de la deuxième explosion.

Liban : « Le toit de ma cuisine s'est effondré sur moi »
© Tom Nicholson / HI
Urgence

Liban : « Le toit de ma cuisine s'est effondré sur moi »

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Chakif Mia, 36 ans, est gravement blessé à la jambe.

 

HI à Beyrouth: « Vous êtes les premières personnes à venir me voir »
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI à Beyrouth: « Vous êtes les premières personnes à venir me voir »

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.