Go to main content
 

« Au Yémen, les bombardements de civils ne doivent pas devenir la règle »

Mines et autres armes Prévention et santé Urgence

Un hôpital soutenu par l’organisation humanitaire Médecins sans frontières a été touché par un raid aérien, faisant 11 morts et une dizaine de blessés, ce lundi 15 août, dans la ville d’Abs, dans la province de Hajja, au Nord du Yémen. Cette attaque intervient deux jours après le bombardement d’une école dans la province de Sadaa, qui a coûté la vie à 10 enfants. Handicap International et 5 associations humanitaires exigent une enquête indépendante sur ces attaques. Handicap International condamne ces bombardements et appelle toutes les parties au conflit à respecter le Droit international humanitaire.

Bushra, 24 ans, sur son lit, à l'hôpital Al-Thawra de Sana'a. Blessée à une jambe après un bombardement, elle a été prise en charge par Handicap International qui lui a donné un déambulateur et offert des séances de soutien psychosocial.

Bushra, 24 ans, sur son lit, à l'hôpital Al-Thawra de Sana'a. Blessée à une jambe après un bombardement, elle a été prise en charge par Handicap International qui lui a donné un déambulateur et offert des séances de soutien psychosocial. | © Handicap International

Depuis l’échec des négociations pour un accord de paix le 1er aout dernier, le Yémen est en proie à une recrudescence de violences. Les civils sont au centre du conflit. La semaine dernière a ainsi été particulièrement meurtrière pour les populations civiles : une école a été bombardée samedi 12 août. 28 enfants ont été blessés et 10 sont morts. Lundi 15 août, c’est un hôpital soutenu par MSF qui a été ciblé par un raid aérien de la coalition menée par l’Arabie Saoudite, faisant  11 morts et une dizaine de blessés.

Handicap International, associée à cinq associations humanitaires, Care, dénoncent ces violations graves et répétées du Droit international humanitaire dans un communiqué de presse conjoint

« Ces bombardements touchant une école, puis un hôpital, ont des conséquences dévastatrices pour les populations civiles. déclare Anne Héry, directrice du plaidoyer et des relations institutionnelles. Ce n’est pas acceptable. Handicap International demande à ce que toute la lumière soit faite sur ces attaques et appelle l’ensemble des parties au conflit au Yémen à cesser immédiatement tout bombardement contre les civils. »

Les populations civiles sont particulièrement touchées : les Nations unies ont comptabilisé 272 morts et 543 blessés entre avril et août 2016. Plus de 2,8 millions de personnes ont fui leurs domiciles en raison des bombardements quotidiens et tirs d’obus depuis le début du conflit. Les frappes aériennes ont été identifiées comme responsables de 60 % des 785 enfants tués et 1 168 blessés au Yémen l'an dernier.

Les armes explosives sont utilisées de façon massive dans les zones peuplées au Yémen avec un impact effroyable sur les civils, qui en sont les principales victimes. La communauté internationale doit agir pour mettre fin à cette pratique qui est la cause de lourdes pertes civiles également sur d’autres théâtres de conflits comme la Syrie, l’Ukraine ou l’Afghanistan.

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques lourds. Elles détruisent des habitations et des infrastructures civiles essentielles comme  les écoles et les hôpitaux et provoquent le déplacement forcé des populations.

Les restes explosifs qui demeurent sur les zones impactées, génèrent une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats, rendant la vie sur place impossible et le retour dans les quartiers extrêmement périlleux une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Handicap International conduit une campagne visant à mettre fin au bombardement des civils (+ http://focus.handicap-international.fr/bombardements-civils)

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.