Go to main content
 

Aux Philippines, l'aggravation du conflit fait des milliers de déplacés

Urgence
Philippines

Le 23 mai 2017, un conflit armé éclatait dans la ville de Marawi, sur l'île de Mindanao, au Sud des Philippines. Au moins 360 000 personnes ont dû quitter leur foyer. Bon nombre d'entre elles vivent aujourd'hui dans des conditions précaires.

Centre d'évacuation, Lanao del Notre, Philippines

Centre d'évacuation, Lanao del Notre, Philippines | Handicap International

Un accès limité à l’aide humanitaire

De nombreuses familles fuyant le conflit ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation ;  d'autres se sont installées dans les villes et villages avoisinants. Selon HI, le peu d’aide humanitaire fournie n'est pas adaptée aux personnes vulnérables. "Les personnes handicapées, par exemple, vivent dans des centres où ils ne peuvent pas utiliser les douches et les toilettes car il n'y a pas de rampe ou de main courante", explique Gilles Nouziès, responsable du Desk HI pour les Philippines.

«Ce sont principalement les personnes vulnérables vivant en dehors des centres d'évacuation qui ne reçoivent pas assez d'aide. L’aide alimentaire notamment est insuffisante. La plupart des adultes ne peuvent pas travailler et les enfants aller à l'école. Cela crée une situation de risque très élevé. »

 

Afin d'aider les plus vulnérables des personnes affectées par cette crise, HI cherche des financements pour subvenir besoins les plus urgents et leur fournir une assistance à long terme. Nos actions incluront la fourniture de subventions en espèces pour permettre à tous les déplacés d'acheter de la nourriture, ainsi que les articles de première nécessité dont ils manquent.

Des conséquences mortelles

HI s’inquiète également de la menace posée par les engins non explosés, à Marawi et aux alentours. Après des mois d'intenses combats, certaines zones sont fortement contaminées par des restes d'explosifs. Pour informer les populations susceptibles de rentrer chez elles sur les risques qu'elles encourent et les moyens de limiter les dangers, HI prévoit de lancer un programme de sensibilisation aux risques à destination des populations déplacées.

HI aux Philippines

Handicap International est actif aux Philippines depuis 1985. Le niveau de développement aux Philippines est très inégal d’une région à l’autre ; c'est la raison pour laquelle la stratégie de HI vise les zones les plus pauvres, là où la population est la plus exposée aux catastrophes et aux conflits et ne bénéficie pas de services publics adaptés.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.