Goto main content
 
 

Catastrophes naturelles au Sri Lanka: Handicap International a aidé près de 6 500 personnes

Suite aux inondations qui ont frappé le Sri Lanka en novembre 2015 et au passage du cyclone Roanu en mai 2016, Handicap International, avec le soutien de ECHO[1],  a notamment permis à près 6 500 personnes de retrouver de nouvelles sources de revenus.

 

[1] ECHO : Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne.

©Handicap International

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur les provinces du nord et de l’est du Sri Lanka en novembre 2015, suivies par le passage du cyclone Roanu, qui a frappé 22 des 25 districts en mai 2016, ont entrainé de nombreuses inondations et glissements de terrain. Perte de biens matériels, destruction de maisons, déplacement de population dans des abris temporaires : plus de 350 000 personnes ont été affectées par ces catastrophes. Parmi elles, des enfants, des femmes, des personnes âgées et handicapées ont été particulièrement vulnérables face aux maladies et au manque d’accès à l’alimentation.  

Avec le soutien de ECHO[2], le service de la Protection civile et de l’Aide humanitaire de la Commission européenne, Handicap International est venue en aide à 2 000 ménages (environ 6 500 personnes), qui ont reçu un soutien financier leur permettant notamment d’acheter de la nourriture ou de relancer une activité génératrice de revenus. L’association a également orienté plus de 1 000 ménages vers le gouvernement sri lankais, afin qu’ils puissent obtenir un soutien concernant leur accès à un logement et à la protection sociale. 

Cette intervention d’urgence complète le travail de préparation aux risques de catastrophes naturelles mené par Handicap International[3], qui vise à permettre aux personnes les plus fragiles de se préparer et de se protéger face aux désastres, fréquents au Sri Lanka.   

©Handicap International

 

[2] Et en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères du Luxembourg (MoFa), le Programme Alimentaire Mondial et la ville de Gand.

[3] Mené avec le soutien de ECHO.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Camille BARBI
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 20
c.barbi@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.

HI redonne de l’espoir en Ouganda: Hakim remarche grâce à la technologie 3D
© HI 2020
Réadaptation

HI redonne de l’espoir en Ouganda: Hakim remarche grâce à la technologie 3D

HI utilise la télémédecine et l’impression 3D pour fournir des services de rééducation physique aux réfugiés. Résultat : plus de mobilité mais aussi un espoir retrouvé.