Go to main content
 

Colombie : « Les femmes ont un rôle clé dans nos opérations de déminage »

Mines et autres armes
Colombie

Handicap International se prépare à lancer ses activités de déminage dans trois départements en Colombie. Pour l’association, impliquer les femmes dans les opérations de dépollution des terres est une priorité.

 

Marta Quintero supervise les opérations de déminage avec Handicap International dans le département du Cauca | @J.M. Vargas/Handicap International

« J’avais 14 ans, je suis tombée sur une mine en me promenant dans mon village. Le dispositif, humide, n’a pas explosé. En grandissant, j’ai vu des gens mutilés. J’ai vu des enfants mourir pour une guerre qui n’était pas la leur. Comme de nombreuses personnes, la violence nous a tous profondément marqués. Aujourd’hui, je suis devenue démineuse. Je suis une ‘éternelle amoureuse’ du travail que je mène. Je ne peux pas décrire le bonheur que je ressens quand j’ai terminé de dépolluer un terrain miné », témoigne Marta Quintero, qui supervise les opérations de déminage dans le département du Méta, en Colombie, avec Handicap International.

Marta n’est pas la seule femme à s’impliquer dans ces opérations de dépollution des terres. L’association vise à ce que ses équipes de démineurs soient composée d’au moins 40% de femmes - à l’image de la population colombienne où les femmes représentent un pourcentage élevé, et qu’elles puissent occuper un poste de ‘leader’. Irène Manterola, directrice de Handicap International en Colombie, complète : « Actuellement, nos équipes comprennent 17 femmes et 33 hommes. Les femmes ont un rôle crucial : elles sont responsables, motivées, et leur convivialité est une qualité essentielle lorsqu’il s’agit de vivre dans des campements . Les femmes sont des chefs justes, et sont respectées. Elles établissent un lien de confiance avec les villageois, qui les renseignent sur la localisation des mines dans les communautés. En leur confiant ce rôle, Handicap International permet de faire évoluer progressivement l’image de la femme en Colombie, dans une société qui reste encore très machiste ».

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

Alerter les Etats sur l’assistance aux victimes
© J.M. Vargas/HI
Mines et autres armes

Alerter les Etats sur l’assistance aux victimes

Dans un contexte d’augmentation spectaculaire du nombre de victimes des mines (8605 victimes en 2016[1]) et d’utilisation des mines improvisées, les Etats parties au Traité d’Ottawa[2] qui interdit les mines antipersonnel se réunissent à Vienne du 18 au 22 décembre. Handicap International (HI) sera présente. Objectif de l’association : alerter les Etats sur les besoins dans l’assistance aux victimes et défendre le déminage des mines improvisées dans le cadre du Traité.

 

[2] La Convention d’Ottawa interdit l'acquisition, la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel. La Convention a été ouverte à signature le 3 décembre 1997. Elle est entrée en vigueur le 1er mars 1999. 162 sont Etats parties à la Convention. 1 Etat en est signataire. 

Les Etats africains contre l’utilisation des armes explosives en zone peuplées
© Handicap International
Mines et autres armes

Les Etats africains contre l’utilisation des armes explosives en zone peuplées

Handicap International (HI) organise les 27 et 28 novembre à Maputo, capitale du Mozambique, une conférence régionale sur les bombardements des civils. Cette conférence réunira près de 20 Etats, 10 organisations de la société civile africaines et des ONG internationales. Objectif : sensibiliser les pays africains à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager au niveau international pour protéger les civils des effets dévastateurs liés à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.