Goto main content
 
 

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab

Prévention et santé Réadaptation Santé
Kenya

Dans le camp de réfugiés de Dadaab, les familles d’enfants handicapés sont particulièrement vulnérables durant la crise liée au COVID-19.  Le manque d'argent ne leur permet plus d'acheter de la nourriture pour survivre.

 

Hamze est soigné par sa mère et sa kinésithérapeute au centre HI

Hamze est soigné par sa mère et sa kinésithérapeute au centre HI | © HI

Hamze est un petit garçon réfugié âgé de quatre ans présentant une infirmité motrice cérébrale. Il vit à Dadaab et est suivi en réadaptation par les kinésithérapeutes de HI depuis sa naissance.

Sa mère, Maryann, est également née dans ce camp en 1999, ses parents ayant alors fui la Somalie à cause de la guerre. Elle élève seul son enfant car son mari l’a quitté à la naissance d’Hamze.

Chaque semaine, Hamze et Maryann se rendent au centre d’appareillage géré par HI dans le camp où le petit garçon bénéficie de services de réadaptation.

Sa mère, quant à elle, apprend à prodiguer les gestes de soins indispensables au mieux-être et à la santé de son enfant.

HI a fourni à Hamze une attelle qui permet de prévenir la formation de contractures à l'articulation du genou. HI lui a également donné un fauteuil roulant spécialement adapté, avec lequel il peut se déplacer tout en gardant une bonne position.


Depuis le mois de mars et l’évolution de la pandémie de COVID-19, l’équipe HI a également sensibilisé Maryann aux gestes barrières contre le virus.

La jeune femme comprend bien à présent la nécessité de prendre des précautions telles que de se laver régulier les mains et de porter un masque facial dans les lieux publics.


« HI m’informe sur les gestes à appliquer pour éviter la propagation de la COVID-19 dans le camp. C'est une maladie mortelle qui peut toucher n'importe qui »,

explique-t-elle.


La jeune maman et ses parents sont très pauvres et dépendent de l’aide humanitaire fournie par HI et d'autres ONG pour survivre. Avant l'apparition de l'épidémie, elle faisait des ménages chez ses voisins.


 « Malheureusement, je ne peux plus travailler car mes voisins craignent, eux aussi, de tomber malades. Je ne gagne plus d’argent pour nourrir mon fils et mes parents »,

déclare-t-elle.


Cette perte financière est une angoisse supplémentaire. Son fils a des besoins spécifiques à cause de sa maladie et elle n’a plus les moyens de lui acheter du lait. Les denrées alimentaires sont devenues très chères dans le camp.


La mère de famille remercie HI pour le soutien que l’organisation apporte quotidiennement aux personnes handicapées du camp pour les aider à subvenir à leurs besoins dans ces moments difficiles.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : un combat quotidien pour survivre
© HI
Inclusion Santé Urgence

Gaza : un combat quotidien pour survivre

Suite à l'escalade de violence en mai dernier, la vie des habitants de Gaza s'est aggravée alors qu’ils faisaient déjà face à la pauvreté et au sous-développement. Handicap International soutient les plus vulnérables.

Prévenir la violence envers toutes les femmes, avec ou sans handicap
© L. PEREIRA /HI
Prévention et santé

Prévenir la violence envers toutes les femmes, avec ou sans handicap

La violence envers les femmes est un problème international. Illustration en Bolivie, où Handicap International agit pour réduire les risques et protéger les femmes handicapées, davantage exposées. Focus à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre.

Des soins de rééducation pour une famille blessée par le séisme en Haïti
© R. Crews / HI
Réadaptation

Des soins de rééducation pour une famille blessée par le séisme en Haïti

Stéphanie et sa tante Valérie apprennent des exercices et reçoivent des aides à la mobilité grâce aux renforts de kinésithérapie de Handicap International, après avoir été blessées dans l'effondrement de leur maison le 14 août dernier.