Go to main content
 

Cyclone Enawo : plus de 85 000 déplacés

Urgence
Madagascar

Le cyclone Enawo qui a frappé Madagascar les 6, 7 et 8 mars derniers a touché près de 300 000 personnes dont 175 000 dans le seul district d’Antalaha, dans le Nord-Est du pays. 85 000 personnes sont toujours déplacées. Les autorités déplorent de nombreux dégâts causés par le cyclone et les inondations qui ont suivi. Les équipes de Handicap International se préparent à aider la population.

© Photo Handicap International

  • Selon les dernières informations, le cyclone et les inondations qui ont suivi ont touché 300 000 personnes, dont 175 000  dans le seul district d'Antalaha, dans le Nord-Est du pays, point d’entrée du cyclone. 85 000 personnes sont toujours déplacées. Le bilan fait également état de 50 morts, de 181 blessés et de 20 disparus.
  • 91 % des sinistrés se trouvent dans les régions de Sava, d’Analamanga, d’Analanjirofo et d’Atsinanana. Selon le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes, les dégâts les plus lourds sont enregistrés dans les régions de Sava et d’Analanjirofo, dans le Nord-Est du pays.
  • Les communications sont toujours très difficiles avec le Nord-Est du pays, zone d’habitude enclavée et difficile d’accès, et où le cyclone a été le plus virulent. Les autorités malgaches demeuraient en fin de semaine dernière sans nouvelle de 90 villages du district d'Antalaha.
  • 222 sites d’hébergement ont été mis en place dans 8 régions du pays sur les 14 touchées.
  • « L’alerte inondation a été levée à Antananarivo ce lundi matin. Nous sommes en train de visiter plusieurs sites d’hébergement provisoires pour évaluer la situation et les besoins des personnes handicapées. Certains ont vu leur maison détruite par les inondations et resteront plusieurs jours dans ces centres. Nous nous tenons prêts à les aider en fournissant des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.) et à dispenser éventuellement une aide en argent liquide pour qu’elles achètent elles-mêmes ce dont elles ont besoin, afin de compléter ce qui n’aurait pas été proposé pendant les distributions humanitaires », explique Anne Burtin, coordinatrice des programmes de Handicap International à Madagascar.

 

Handicap International à Madagascar

Handicap International est présente à Madagascar depuis 1986. Forte d’une équipe de presque 100 salariés, l’association lutte contre les maladies invalidantes comme la filariose lymphatique. Elle intervient en milieu carcéral pour améliorer les conditions de vie des détenus. Handicap International mène aussi un programme de santé maternelle et infantile pour réduire la mortalité des mères et des nouveau-nés. L’association s’emploie également à promouvoir les droits et l’inclusion des personnes handicapées en renforçant les associations qui les représentent. Handicap International développe aussi des actions pour l’accès à l’éducation des enfants exclus du système scolaire.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.