Go to main content
 

Des aires de jeu, pour que les enfants réfugiés puissent s’épanouir en jouant

Bangladesh Pakistan Thaïlande

Handicap International va piloter durant quatre ans Growing Together, un projet destiné à offrir aux enfants vivant dans des camps au Bangladesh, au Pakistan et en Thaïlande, des espaces de jeu sécurisés. Avec ce projet soutenu par la Fondation Ikea, ces enfants réfugiés pourront retrouver la joie de vivre une enfance comme les autres.

Le camp de réfugiés de Mae La, en Thaïlande

Le camp de réfugiés de Mae La, en Thaïlande | © W. Huyghe / Handicap International

« Le jeu est essentiel pour tous les enfants », souligne Cheryl Shin-Hua Yeam, coordinatrice technique régionale du projet Growing Together pour Handicap International. « C’est un droit fondamental reconnu par la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, et c’est surtout une source d’épanouissement et d’équilibre pour les plus jeunes. Il permet à l'enfant d'apprendre, de développer son estime de soi et d'acquérir des valeurs et des compétences qui lui seront utiles dans l’avenir. »

Dans les camps de réfugiés dans lesquelles elle intervient, Handicap International a constaté la situation précaire de milliers d’enfants. « Dans celui de Mae La, en Thaïlande, nous voyons à quel point grandir dans un camp est éprouvant. Les enfants, qui ont fui la guerre en Birmanie, ont déjà traversé de lourdes épreuves pour leur âge. Certains d’entre eux sont nés sur place, ils n’ont jamais rien connu d’autre. Les conditions de vie sont extrêmement difficiles : pauvreté, exposition aux maladies (paludisme, infections diverses) et à la malnutrition. Ils doivent faire face à la violence et à de rudes conditions climatiques. Un quotidien qui laisse peu de place au jeu et à l’épanouissement ». Ce camp ne compte qu’un terrain de football pour 40 000 réfugiés. En plus, il est difficile, pour les enfants handicapés, de se trouver un espace de jeu sur ces chemins étroits et pentus, jonchés de nids de poule et de cailloux.

Avec le projet « Growing Together », d’une durée de quatre ans, Handicap International va créer des espaces de jeux pour les enfants dans les camps de réfugiés. Tous les enfants valides et handicapés pourront s’y retrouver en sécurité pour y jouer.  « Ces espaces  permettent aux enfants réfugiés de partager leurs expériences traumatisantes entre eux et avec un professionnel. Ils peuvent s'y sentir en sécurité, se détendre, sourire, jouer et retrouver l’insouciance de l’enfance, une condition essentielle pour leur bien-être mental et physique. »                                                        

Le projet « Growing Together », soutenu par la Fondation Ikea, concerne 13 000 filles et garçons vulnérables (âgés de 0 à 18 ans) et leur famille, et sera mené au Bangladesh, au Pakistan et en Thaïlande.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Etre handicapée dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI

Etre handicapée dans un camp de réfugiés

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Elle et sa famille sont originaires du Myanmar. Ils sont arrivés au Bangladesh en septembre dernier. A cause de son handicap, il est difficile pour Lalu d’être réellement intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. HI lui est venue en aide.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.