Goto main content
 
 

Dire non aux bombardements des civils

Mines et autres armes

Handicap International a participé, le 4 octobre à New-York, à la réunion du groupe d’experts sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. L’enjeu : obtenir, à terme, une déclaration politique forte pour mettre fin aux bombardements des civils.

Une bombe non explosée dans la ville de Kobané au Nord de la Syrie

Ph. Houliat / Handicap International

Une vingtaine d’Etats ont participé mardi dernier aux discussions du  groupe d’experts initié il y a un an par l’Autriche afin élaborer une déclaration politique contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. 

Ce groupe s’élargit... un signe positif qui montre qu’un nombre croissant d’Etats reconnait le problème posé par les bombardements des civils et qu’il soutient le projet d’une mobilisation de la communauté internationale sur le sujet. Les effets de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées sont en effet dévastateurs. En 2015, quand elles ont été utilisées dans les villes et villages, les armes explosives ont fait 92 % de victimes civiles. Le cas de la ville d’Alep, en Syrie, soumise depuis deux semaines à une nouvelle vague de bombardements particulièrement intensifs, illustre l’horreur vécue par les civils. 

Pendant les discussions, Handicap International a apporté son expertise sur les blessures graves provoquées par l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et les besoins des victimes. L’association a défendu sa position : dans la future déclaration politique, les Etats doivent s’engager publiquement à mettre fin à cette pratique, reconnaître la souffrance des populations affectées et s’engager à assister les victimes.

Alors que les conflits se multiplient et que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées dans les guerres devient presque systématique, il y a urgence à trouver des solutions politiques. 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.

HI poursuit ses opérations de déminage en Colombie
© Juan Manuel Vargas/HI
Mines et autres armes

HI poursuit ses opérations de déminage en Colombie

Malgré la crise liée au covid-19 et le renforcement de la violence en Colombie, HI poursuit ses activités de déminage.