Go to main content
 

Face à une mine, quoi faire ?

Mines et autres armes Prévention et santé
Sénégal

Le conflit qui a tiraillé la Casamance pendant trente ans est maintenant terminé. Mais les mines antipersonnel sont toujours là, menaçant la vie des civils. En parallèle à ses opérations de déminage, Handicap International avec son partenaire, l’Association sénégalaise des victimes de mines (ASVM), informe et sensibilise la population aux risques posés par les mines. En huit mois, 60 écoles et 65 villages bénéficieront de sessions de sensibilisation.

Portrait de Awo Goudiaby, une jeune fille de 11 ans, qui a suivi une session d'éducation aux risques menée par le partenaire d'Handicap International en Casamance, l'Association sénégalaise des victimes de mines (ASVM), dans le village de Leu Feu. Deux sessions ont été tenues en parallèle ce jour-là, une à l’intention des adultes, la seconde à l’intention des enfants. Ayant fui leur village au plus fort du conflit dans les années 2005, les habitants, depuis leur retour, n'osent plus retourner dans certains

© J-J. Bernard / Handicap International

Près de deux heures de route depuis la seule grande ville de Casamance, Ziguinchor. L’équipe d’animateurs de l’ASVM suit une mauvaise piste qui s’enfonce dans la brousse, montrant combien une grande partie de la population de la région est enclavée, loin de tous services et infrastructures.

Nous arrivons à 9 heures à Leu Feu, petit village d’une centaine d’habitants près de la frontière gambienne. Tout le village se rassemble aujourd’hui sur la place devant le potager communautaire à l’ombre de grands arbres. Les deux animateurs de l’ASVM déballent leurs matériels, micro, sono et brochures, pour commencer une séance d’éducation aux risques que constituent les mines. Ils connaissent leur sujet : ils sont tous deux victimes de mines, l’un amputé à la jambe, l’autre juste blessé. On sépare les enfants des adultes pour constituer deux groupes. C’est parti pour deux heures de sensibilisation !

« On commence toujours avec un petit test de connaissance pour voir ce que les villageois savent déjà, explique Mamady Gassama, un des fondateurs de l’ASVM, qui regarde de loin comment se déroule la séance.  Ensuite, on martèle les principaux messages : ne pas s’approcher quand on repère un objet non identifié qui émerge du sol ; faire un marquage avec deux branches ; avertir les autorités du village... Rien de bien compliqué. Seulement du bon sens et de bonnes habitudes à prendre. »

Le souvenir des violences liées au conflit est encore vif chez les villageois qui après avoir trouvé refuge en Gambie au plus fort des combats pendant plusieurs années ont regagné leur village il y a deux ans. Certains chemins et champs ne sont plus pratiqués par peur de la présence d’engins explosifs. Même si le conflit est fini, des militaires continuent leur patrouille aux abords du village, entretenant l’inquiétude des villageois.

 

Contre les idées fausses

Une session de sensibilisation est l’occasion de démonter les idées reçues : non, les gris-gris ne vous protégeront pas d’une mine ! Non, on ne peut pas brûler une mine comme un déchet pour s’en débarrasser. Oui, une mine peut se déplacer car le sol est meuble dans cette région : de fortes pluies peuvent causer de légers glissements de terrain et déplacer une mine sur plusieurs mètres…

Un villageois demande la raison pour laquelle, quand on voit une mine, il faut revenir exactement sur ses pas. Après avoir demandé dans l’assistance si quelqu’un connaissait la réponse, l’animateur Boubakar Ba explique : « On doit toujours considérer qu’une mine n’est jamais seule. Il peut y en avoir une autre à proximité. Il est alors plus sûr de quitter les lieux par le chemin qu’on a emprunté à l’aller. »

Une autre lève la main : « Les mines se périment-elles ? ». « Non, répond Boubakar. C’est comme les bouteilles en plastique. Cela peut mettre des centaines d’années. Il faut toujours se dire qu’une mine est active et dangereuse. »

 

Les enfants les plus à risque

« Les enfants sont les plus à  risque, explique Alasan Dedhiou qui mène l’animation pour les enfants, à cause de leur curiosité naturelle et de leur insouciance. La difficulté avec les enfants pendant la séance, c’est de capter leur attention pendant toute la durée. » Alasan reprend les dessins de la brochure un par un et se démène pour animer sa classe.

Et Mamady de conclure : « Si les adultes comme les enfants retiennent un seul message à l’issue de ces deux heures - quand je vois quelque chose d’étrange dans le sol, je n’y touche pas, je marque la zone avec des branchages par exemple et j’avertis les autorités du village - nous avons gagné ! »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Togo : investissement dans la santé maternelle et infantile
© HI

Togo : investissement dans la santé maternelle et infantile

HI investit dans l’amélioration des installations de santé dédiées à la santé maternelle dans la région côtière du Togo. Grâce à ces actions, la mortalité néonatale devrait baisser de 20 % d’ici fin 2019.

Restes explosifs de guerre : les enfants handicapés doivent avoir accès aux sessions de prévention
©HI

Restes explosifs de guerre : les enfants handicapés doivent avoir accès aux sessions de prévention

Près de 10 000 engins non explosés (roquettes, têtes de missiles, bombes..) ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, HI a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs. 15 000 élèves ont ainsi été sensibilisés. Un projet financé par la Coopération belge (DGD).

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.