Go to main content
 

Haïti : De nouvelles inondations fragilisent les populations affectées par le typhon Matthew

Urgence
Haïti

Suite au passage du typhon Matthew, qui a frappé Haïti le 4 octobre dernier, le pays doit faire face à la plus grande urgence humanitaire depuis le séisme de 2010. Des pluies diluviennes se sont abattues sur le département du Sud dans la nuit du 20 au 21 octobre, provoquant des inondations catastrophiques et fragilisant encore davantage les populations affectées. Handicap International intervient auprès des victimes de la catastrophe.

Rue des Cayes inondée par les pluies du 20 octobre.

Rue des Cayes inondée par les pluies du 20 octobre. | © Handicap International

La situation dans le Sud-ouest et le Nord-ouest d’Haïti est dramatique. Trois semaines après le passage de l’ouragan Matthew, 1.25 million de personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire. Plus de 146 000 maisons ont été détruites, endommagées ou inondées, et plus de 175 000 personnes ont été déplacées dans 224 centres d’évacuation temporaires[1]. De plus, du jeudi 20 au vendredi 21 octobre, des pluies torrentielles se sont abattues sur le département du Sud, qui avait déjà été fortement affecté par le typhon Matthew. Les terres sont inondées et de nombreuses routes sont complètement bloquées. Les populations, qui avaient déjà perdu leurs plantations et leur maison, doivent faire face à une nouvelle catastrophe.

Handicap International a mis en place une première équipe mobile qui intervient dans les hôpitaux et dans les abris collectifs, dans le département du Sud. L’association évalue la situation des populations affectées, qui reste très problématique. Louisema Tilfa, maire de Chardonnière, commune du département du Sud,  explique : « 32 écoles sur 34 sont endommagées. Toutes les maisons sont presque détruites, y compris la mairie. Les 69 abris provisoires sont constitués avec les quelques maisons qui tiennent encore debout. Et la population n’a pratiquement pas reçu de soutien ».

Le choléra fait rage dans le quartier de Randel. Il y a plus de 1 600 blessés suite au passage de l’ouragan Matthew, et aucun centre de santé pouvant les accueillir.

Ils doivent se rendre dans la commune des Cayes pour recevoir des soins. Dans notre commune, les trois priorités sont ‘santé, nourriture, logement’.

Abner Verville, directeur de la mairie de Randel

Handicap International donne également des premiers soins de réadaptation aux personnes blessées et handicapées, distribue des aides à la marche et identifie les plus vulnérables qui ont besoin d’un soutien spécifique. Une seconde équipe mobile est en cours de constitution et renforcera le dispositif très rapidement.

Handicap International planifie également la distribution de kits d’urgence ‘shelters’ (contenant une boite à outils, des cordes, des fixations, des bâches, etc.), afin que les habitants puissent se loger et retrouver des conditions de vie convenables.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.