Go to main content
 

Haïti : Handicap International va déployer des équipes en renfort pour venir en aide aux populations affectées

Urgence
Haïti

Alors que l’ouragan Matthew continue sa progression dans les Caraïbes, Handicap International va déployer une équipe d’urgence en Haïti, en renfort des équipes déjà présentes sur place. Cette équipe sera en charge d’évaluer les besoins et de soutenir les populations affectées par la catastrophe. Ce déploiement devrait avoir lieu dans les prochaines 48 heures, à mesure que l’accès aux zones touchées sera de nouveau possible.

"Une femme pousse une brouette en marchant dans une rue partiellement inondée / Port-au-Prince, le 4 octobre 2016.

© Hector Retamal / AFP

Dans un premier temps, une équipe de huit personnes devrait être envoyée sur place pour soutenir les équipes déjà présentes. L’action de Handicap International se concentrera sur un support logistique, à la demande du système des nations Unies pour l’évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC), pour soutenir les premières évaluations de la situation et les besoins humanitaires en Haïti.

« Vu l’ampleur de la catastrophe et ses conséquences probables, certains habitants auront potentiellement tout perdu et devront être aidés, explique Hélène Robin, responsable des actions d’urgence à Handicap International. Il faudra leur apporter une assistance matérielle d’urgence pour répondre à leurs besoins essentiels. » 
Au-delà de cet appui, Handicap International envisage également d’apporter des soins de réadaptation d’urgence et un soutien psychosocial aux personnes blessées et aux familles affectées.

L’ouragan Matthew, classé en catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson qui compte 5 échelons, frappe actuellement la côte sud-ouest de Haïti, avec des vents allant jusqu’à 233 km/h.

En Haïti, au moins 5 millions de personnes pourraient être affectées selon les Nations unies et la Direction de la Protection Civile d’Haïti. Plus de 300 000 personnes  pourraient avoir besoin d’une assistance immédiate. Afin de répondre à cette urgence, le gouvernement a d’ores et déjà sollicité une assistance internationale auprès des acteurs humanitaires. L’ouragan atteindra Cuba dans la nuit de mardi à mercredi (localement).

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.