Go to main content
 

Haïti : « L’ouragan Matthew fragilise une population qui ne s’est pas encore remise du violent séisme de 2010 »

Urgence
Haïti

Le passage de l’ouragan Matthew qui a frappé Haïti mardi 4 octobre a affecté plus d’un million d’Haïtiens et entrainé l’évacuation de plus de 15 000 personnes. Une large partie de la zone touchée dans le sud du pays reste encore difficilement accessible, et l’ampleur des dégâts laisse présager des besoins humanitaires importants. Handicap International déploie une équipe d’urgence afin d’évaluer les besoins des populations affectées. 

Inondations à Port au Prince suite au passage de l'ouragan Matthew

Inondations à Port au Prince suite au passage de l'ouragan Matthew | © G. Vandeputte / Handicap International

L’ouragan Matthew, qui a frappé Haïti mardi 4 octobre, a entrainé des dégâts considérables sur plus de 25% de son territoire, et notamment dans le sud du pays, dans les départements de Grand’Anse et du Sud.
Cet ouragan a fait perdre la vie à au moins 23 personnes et entrainé l’évacuation de plus de 15 0000 personnes. Les dégâts matériels sont considérables et endommagé plus de 1 800 maisons. Plus d’un millions de personnes auraient été affectées, dont 350 000 ayant besoin d’un soutien immédiat[1].  

Une large partie de la péninsule sud était encore inaccessible ce jeudi, du fait des dégâts sur les infrastructures (ponts endommagés ou détruits, inondations, glissements de terrain). Au moins 11 communes sont inondées au niveau de la Grand-Anse, Nippes et Sud, et les opérations d’évacuation se poursuivent.

Les équipes de Handicap International, déjà présentes en Haïti, vont se rendre sur place afin d’identifier les besoins essentiels des populations affectées. Une première équipe d’urgence de 5 personnes arrivera en renfort en Haïti ce vendredi matin, afin de contribuer à ces évaluations et de faciliter l’accès des organisations humanitaires aux régions les plus fortement touchées par l’ouragan Matthew.

« Les inondations entrainent régulièrement des risques, à long terme. En plus des pertes de moyens de subsistance, les risques de propagations d’épidémies, tels que le choléra et la dengue,  maladies déjà très présentes en Haïti, peuvent connaitre une nouvelle flambée. Une des priorités sera de s’assurer que les populations affectées bénéficient rapidement des services humanitaires, tels qu’un accès à l’eau potable, des soins de santé, des médicaments et des moustiquaires »

Audrey Lecomte, coordinatrice de l’équipe d’urgence pour Handicap International en Haïti.

 

Gaëlle Vandeputte, chargée de projets pour Handicap International en Haïti, complète :

« L’ouragan Matthew affecte une population qui est déjà régulièrement exposée aux catastrophes naturelles, et ne s’est pas encore remise du tremblement de terre meurtrier de janvier 2010.
L’impact de cet ouragan risque donc de fragiliser encore davantage les plus vulnérables, à long terme ».

L’ouragan a poursuivi sa trajectoire, frappé la République dominicaine et la pointe Est de Cuba - où plus de 300 000 personnes ont été évacuées dans des abris provisoires, et balayé l’archipel des Bahamas ce jeudi matin. Il devrait se rapprocher fortement de la côte Est de la Floride ce jeudi soir.

Handicap International en Haïti et à Cuba

Handicap International est présente à Cuba (province de Pinar del Rio, province de Granma, Santiago de Cuba, Baracoa et Guantanamo) depuis 1998 et en Haïti (région de Port-au-Prince, département des Nippes, commune de Delmas, commune de Carrefour, département de l’Artibonite et département du nord) depuis 2008. En Haïti, l’association était notamment intervenue auprès de dizaines de milliers de victimes du tremblement de terre de janvier 2010.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.