Go to main content
 

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Urgence
République démocratique du Congo

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.

 

Camps de Mugunga près de la ville de Goma dans la région du Nord Kivu | ©Henri Bonnin / Handicap International

“Le fait que les Nations unies aient décidé de déclarer le Niveau 3, sur l’échelle des urgences, pour la République du Congo, illustre la dégradation de la situation dans ce pays qui est le plus vaste d’Afrique, souligne Arnaud Pont, en charge des opérations d’urgence de Handicap International pour la RDC. Les trois autres pays qui ont atteint ce niveau d’urgence sont le Yémen, l’Irak et la Syrie. Même si la RDC est largement moins médiatisée, il est nécessaire que ce pays soit pris en compte par les organisations internationales ».

En raison de la multiplication des conflits régionaux, et des affrontements entre l’armée congolaise et les groupes armés, les mouvements de populations se sont considérablement accrus, dans plusieurs provinces. Selon le HCR, depuis 2015, le nombre de déplacés internes a plus que doublé. Le pays compte ainsi près de 4 millions de personnes qui ont fui leur région. Et au cours des trois derniers mois, ce sont plus de 400 000 personnes qui ont quitté leurs villages. Les provinces de Tanganyika, à l’est du pays les provinces du Nord et du Sud-Kivu, mais aussi le Kasaï sont en proie à des violences dont les civils sont les premières victimes. Et l’Ouganda voisin accueille près de 240 000 réfugiés congolais.

« Nous intervenons depuis plusieurs années à Kinshasa, mais aussi au Kivu qui est frappé par des crises récurrentes. Et depuis quelques mois, nos équipes sont aussi mobilisées au Kasaï en soutien des populations les plus vulnérables, détaille Arnaud Pont. Handicap International favorise l’acheminement de l’aide humanitaire auprès des populations vivant dans des zones difficilement accessibles et peu sécurisées. Nous assurons la distribution de nourriture et d’articles ménagers essentiels (ustensiles de cuisine, kits d’hygiène comprenant du savon, etc.) à plusieurs milliers de familles affectées. Mais avec cette déclaration des Nations unies, il est important que l’ensemble de la communauté internationale se mobilise pour aides ces millions de déplacés ».

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés
©HI
Réadaptation Urgence

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés

Quatre mois après le séisme et le tsunami qui ont touché l’Indonésie, HI soutient toujours les victimes de la catastrophe.

Séisme Haïti : 9 ans plus tard, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables
© Nadia Todres/HI
Insertion Réadaptation Urgence

Séisme Haïti : 9 ans plus tard, HI assure toujours l’accès aux services de réadaptation aux plus vulnérables

Au chevet des victimes dès le lendemain du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, HI poursuit ses actions, notamment afin d’assurer des services de réadaptation de qualité.

« J'ai eu la peur de ma vie »
© Brice Blondel / Handicap International
Urgence

« J'ai eu la peur de ma vie »

Dans l’Agenda 2030, le climat est placé au cœur du développement. Les effets négatifs du changement climatique sont particulièrement visibles dans les pays en développement, qui sont aussi les plus vulnérables, avec des conséquences graves pour l’environnement et les hommes, pour les personnes handicapées tout particulièrement. Du fait de leur mobilité limitée, d’un accès restreint aux transports et à l’information ainsi que l’absence de systèmes d’assistance spécifiques, les personnes handicapées sont souvent les premières victimes des catastrophes naturelles.