Goto main content
 
 

Handicap International au Laos : 20 ans d’intervention

Mines et autres armes
Laos

Handicap International a organisé un évènement le 25 novembre dans le parc de Chao Anouvong, à Vientiane, capitale du Laos, pour célébrer ses 20 ans d’actions dans le pays. L’occasion de réunir les salariés, membres du  gouvernement et autorités locales, et de revenir sur son expertise.

Un démineur de Handicap International recherche des bombes à sous-munitions dans un champ de riz.

Un démineur de Handicap International recherche des bombes à sous-munitions dans un champ de riz. | Sara Goldberg / Handicap International

À cette occasion, Handicap International a présenté une exposition photos, des films et une performance, afin de souligner l’impact des multiples projets menés depuis vingt ans dans le pays.

Déminer au Laos

Plus de 50 ans après les premiers bombardements américains qui ont eu lieu durant la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par les restes de sous-munitions, qui ont fait plus de 50 000 victimes depuis 1964. Depuis 2006, Handicap International a dépollué plus de 3 500  000 m2 de terres et détruit près de 24 000 restes explosifs de guerre dans le pays. L’association sensibilise également les populations aux dangers liés à ces armes et sous-munitions.

Des actions diverses

Handicap International prévient également l’apparition de handicaps chez les enfants de moins de cinq ans, informe les parents au sujet des grossesses à risque et sensibilise les communautés contre les stigmatisations dont souffrent les personnes handicapées. De plus, l’association intervient dans les écoles pour former les élèves à la sécurité routière : « Les accidents de la route sont une des causes majeures de handicap dans le monde, et on n’en parle pas assez. L’association a lancé ses premières activités liées à la sécurité routière au Laos et au Vietnam. Aujourd’hui, nous sommes fiers de développer des projets liés à cette problématique dans 16 pays où Handicap International intervient », a déclaré Benoit Couturier, Directeur de Handicap International au Laos.

L’association aide aussi les personnes handicapées à trouver un emploi ou à lancer leur micro-entreprise et améliore la prise en charge des personnes nécessitant des soins de réadaptation. Elle s’investit en outre dans la formation des associations de personnes handicapées à la défense de leurs droits.

« Je remercie nos partenaires, et en particulier le gouvernement lao, l’Union européenne, la Coopération belge et australienne, USAID, et tous les autres donateurs qui ont soutenu notre association afin d’améliorer la vie des personnes handicapées. Je remercie aussi nos anciens, actuels et futurs employés, pour leur engagement, leur expertise, leur sens des responsabilités et leur volonté à contribuer tous ensemble à ce même objectif ! », a conclu Benoit Couturier lors de cette soirée.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»
© Eric Elter / HI
Mines et autres armes Sensibilisation

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»

Comme vous l'aurez certainement vu dans les différents médias luxembourgeois, Handicap International, en plus d'agir sur le terrain, se mobilise également sur la scène internationale.

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Droit Inclusion Mines et autres armes Réadaptation Santé

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.