Go to main content
 
 

Handicap International et un collectif d’ONG s’inquiètent de l’annonce du gouvernement de fermer les camps de réfugiés de Dadaab

Droit
Kenya

Les autorités kenyanes ont annoncé la fermeture de ces camps installés sur leur sol, et leur souhait d’un rapatriement rapide des réfugiés qui s’y trouvent parfois depuis plus de 20 ans. Un collectif de 11 ONG, parmi lesquelles Handicap International, a signé mardi un appel au gouvernement kenyan pour lui rappeler ses obligations en matière d’accueil des réfugiés.

Prise en charge d’une personne handicapée au camp de Dadaab. | © B.Blondel / Handicap International

Le Kenya, qui accueille près de 600 000 réfugiés au sein de deux zones – les camps de Kakuma à la frontière avec le Soudan du Sud, et  ceux de Dadaab proches de la Somalie – a annoncé le week-end dernier son intention de mettre un terme à l’accueil des réfugiés – en particulier pour les camps de Dadaab et de les renvoyer dans leurs pays. « La directive de fermer les camps viole le principe général de rapatriement volontaire des réfugiés vivant au Kenya d'une manière sûre et digne dans leur pays d'origine », soulignent les ONG signataires. « Pour Handicap International, il n’est pas acceptable que les réfugiés, parmi lesquels se trouvent de très nombreuses personnes vulnérables (personnes handicapées, âgées, femmes isolées, enfants seuls…) puissent faire l’objet d’une telle décision », souligne Lucile Papon responsable des actions de Handicap International dans la Corne de l’Afrique. « Les familles qui se trouvent dans les camps ont fui la guerre civile en Somalie, ou l’insécurité au Soudan du Sud, et il n’est pas admissible de les contraindre à retourner dans des régions où elles seraient mises en danger. Les réfugiés ont avant tout besoin d’assistance dans un processus de rapatriement basé sur le volontariat.  En ce qui concerne la Somalie, c’est une crise qui s’éternise, le camp de Dadaab a été ouvert il y a plus de 25 ans, et la situation des personnes qui vivent est tombée dans l’oubli ».

Handicap International intervient au Kenya auprès des réfugiés somali depuis 1992 et à Kakuma depuis 2014 pour apporter une aide aux personnes les plus vulnérables. L’association veille à ce que ces personnes aient accès à l’aide humanitaire, et particulièrement aux soins de santé et aux services de réadaptation.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.

Les personnes handicapées sont toujours exclues
© Kate Holt / HI
Droit Insertion

Les personnes handicapées sont toujours exclues

Alors qu’on célèbre, ce 3 décembre, la Journée internationale des personnes handicapées, HI appelle les gouvernements et les acteurs de l’aide au développement et de l'action humanitaire à tout mettre en œuvre pour inclure les personnes handicapées et lever tous les discriminations contre elles.

Protection des civils dans les guerres urbaines: 84 États au travail
HI
Droit Mines et autres armes

Protection des civils dans les guerres urbaines: 84 États au travail

Après une première conférence à Vienne début octobre, c'est à Genève que s'ouvrent les négociations entre les 84 États qui se sont déclarés prêts à agir contre les bombardements de civils dans les conflits armés.