Goto main content
 
 

HI démine l’Est du Laos

Mines et autres armes
Laos

Le Laos est un des pays les plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre. Sur place, les équipes de démineurs de Handicap International travaillent à mettre fin à cette terrible menace pour les populations civiles.

Les équipes HI déminent l’Est du Laos

Les équipes HI déminent l’Est du Laos | © HI

Une contamination exceptionnelle 

Depuis le 21 janvier, les opérations de déminage ont débuté dans le district d’Houameung (province d’Houaphan), à l’Est du Laos. Le pays, bombardé pendant la guerre du Vietnam, est particulièrement contaminé par les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions. Ces restes explosifs de guerre constituent une menace mortelle pour les populations civiles. Pour les protéger, HI a lancé une vaste opération de dépollution dans la région. 

Une opération complexe     

Les 14 démineurs HI commencent à travailler à 7h30, et reviennent à 16h30. Ils sont répartis en trois équipes : l’équipe d’enquête, l’équipe mobile et l’équipe de déminage. Chaque équipe intervient à une étape différente du processus, du repérage des engins explosifs à leur destruction. Leur mission est difficile : il fait particulièrement froid. Le relief, montagneux et escarpé, demande des précautions supplémentaires. La végétation, vierge, doit être taillée, ce qui demande des heures d’effort. Les démineurs HI travaillent 20 jours d’affilée, avant de pouvoir se reposer pendant une semaine. 

Protéger les civils 

Leur travail est essentiel. Les terres des villageois sont contaminées, mais ne peuvent être laissées à l’abandon : l’économie repose sur l’agriculture. Les habitants sont obligés de les cultiver, et risquent leur vie. La menace pèse sur eux en permanence : les victimes, mutilées ou tuées, sont nombreuses. Depuis le début des opérations, 11 625 mètres carrés ont été dépollués par les équipes HI. Les restes explosifs sont partout : à Houaxieng, village de 423 habitants, l’équipe a trouvé 42 munitions non-explosées et toujours actives. 

Construire un futur plus sûr 

Ces restes sont hautement explosifs : ils ne peuvent être manipulés, ou déplacés. Il faut les détruire sur place, un par un. Le travail est donc lent. En parallèle, éduquer les populations locales aux risques est essentiel. HI mène donc une campagne de sensibilisation et d’information, destinée à réduire le nombre de victimes. 

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»
© Eric Elter / HI
Mines et autres armes Sensibilisation

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»

Comme vous l'aurez certainement vu dans les différents médias luxembourgeois, Handicap International, en plus d'agir sur le terrain, se mobilise également sur la scène internationale.

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Droit Inclusion Mines et autres armes Réadaptation Santé

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.