Go to main content
 

Intervention dans le camp de déplacés de Hasansham

Urgence
Irak

Depuis le début de l’offensive pour reprendre la ville de Mossoul, le 17 octobre dernier, plus de 55 000 personnes ont été déplacées. Le camp de Hasansham a ouvert il y a une dizaine de jours, et il est déjà rempli. Plus de 10 000 personnes y ont été relogées.

Gaylan et ses enfants, dans leur abri provisoire, au sein du camp de Hasansham.

Gaylan et ses enfants, dans leur abri provisoire, au sein du camp de Hasansham. | © E. Fourt / Handicap International

Aujourd’hui, Maud Bellon, chef de projet sur l’urgence Mossoul pour Handicap International se rend dans le camp de Hasansham: « Nous souhaitons déterminer le degré de vulnérabilité de déplacés, de façon à apporter la réponse humanitaire la plus appropriée. Nous souhaitons également vérifier le niveau d’accessibilité des structures du camp (nous assurer que chacun peut s’y déplacer facilement et accéder aux différentes structures, des lieux de distribution aux tentes et aux sanitaires), de façon à ce que les personnes handicapées ne soient pas oubliées par les différentes ONG dans cette réponse d’urgence. »

Alors qu’elle se déplace avec d’autres représentants de l’association au sein du camp, elle commente : « Cela doit être très dur, pour une personne handicapée, de se déplacer ici. Regardez la hauteur du terrain où se trouvent les tentes, comparé à cette allée… » Effectivement, les tentes se dressent à parfois plus d’un mètre de hauteur de la route la plus proche. Les représentants de l’association remarquent alors une chaise roulante devant l’une de tentes. Idriss, 61 ans, invite les professionnels de Handicap International à venir discuter avec lui.  « Je suis arrivé ici il y a une semaine, avec ma famille. Je ne suis pratiquement pas sorti de cette tente depuis. Impossible de me déplacer ici… »

Les propos d’Idriss confirment les observations des responsables de l’association. « C’est ma famille qui m’apporte tout ce dont j’ai besoin. Je ne sors que pour aller aux toilettes ou me laver, mais ça aussi c’est très compliqué pour moi ici. Enfin, je ne veux pas me plaindre, dans ce camp, nous sommes en sécurité. » 

Un peu plus loin, des dizaines de familles attendent dans un grand bâtiment de briques qu’une tente leur soit allouée. Une petite fille joue sur un fauteuil roulant. Les responsables de l’association lui demandent à qui il appartient. « À mon papa » ; répond-elle timidement. La famille les invite à rentrer dans l’espace qui leur a été alloué. Gaylan, 33 ans, est assis sur un matelas, entouré de sa mère et de ses enfants. « Nous sommes arrivés de Mossoul il y a dix jours » explique-t-il. Victime d’un arrêt cardiaque il y a 5 ans, ce père de famille ne peut se déplacer sans sa chaise roulante.

S’il reconnait que le camp est peu accessible pour les personnes handicapées, il indique que cela fait en réalité plusieurs années qu’il ne s’est pas déplacé sur de longues distances. « À Mossoul, la situation était trop dangereuse. Nous restions constamment enfermés chez nous. Ma mère ne sortait que pour faire quelques commissions, quand nous n’avions plus rien à la maison… » Le plus grand chemin qu’il a parcouru en deux ans a été celui pour arriver dans le camp. « Cela nous a pris deux jours » raconte-t-il.

« Ma mère et mes enfants poussaient ma chaise roulante car nous avons dû fuir à pieds. Des missiles tombaient autour de nous et nous avions très peur… Cela a été un soulagement d’arriver ici et de se sentir à nouveau en sécurité. »

Bien qu’il ne se trouve qu’à quelques kilomètres des lignes de fronts, Gaylan semble désormais rassuré. « Tout ce que je souhaite désormais, c’est que mes enfants puissent être scolarisés. Ils n’allaient pas à l’école lorsque nous étions à Mossoul… J’espère qu’ils auront bientôt l’opportunité d’apprendre, dans ce camp. »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées
©Henri Bonnin / Handicap International
Urgence

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.