Goto main content
 
 

« Je veux devenir médecin pour aider les personnes avec un handicap »

Mines et autres armes
Yémen

Anwar a 9 ans. Il y a 4 ans, alors que sa famille fuyait les bombardements à Sana’a, capitale du Yémen, sa jambe est touchée par un éclat de métal. Il est amputé quelques heures plus tard. 

Séance de rééducation avec un kinésithérapeute HI dans la cour du centre de Sana’a

Séance de jeu au centre de rééducation de Sana'a | © HI

Anwar avait 5 ans quand les bombes l’ont tiré du sommeil. Alors qu’il tentait de fuir avec sa famille et ses voisins, sa jambe est gravement blessée. Amputé, il refusait d’accepter la perte de sa jambe. HI l’a aidé à accepter sa condition et l’a soutenu dans sa nouvelle vie. 

Le traumatisme de l’amputation 

Quand il s’est réveillé à l’hôpital et a réalisé qu’il était amputé, le jeune Anwar s’est mis à hurler. Personne n’arrivait à calmer ses pleurs : le petit garçon était inconsolable. Il ne comprenait pas la disparition de sa jambe et la réclamait à ses proches en permanence. Même après sa sortie de l’hôpital, la douleur et l’incompréhension ne l’ont pas quitté : à l’école, il se coupait des autres et ne participait pas aux activités. L’hôpital lui a fourni une prothèse mais elle était trop lourde: il devait se déplacer avec des béquilles, ce qui réduisait considérablement sa mobilité. 

Le soutien d’HI 

Lorsque les équipes HI rencontrent Anwar, le petit garçon est effrayé et replié sur lui-même. La perspective d’une prothèse à sa taille lui redonne espoir. Aiman Al Mutawaki, kinésithérapeute des équipes HI au centre de rééducation de Sana’a, l’accompagne dans le processus. Le jeune patient est particulièrement enthousiaste. Il bénéficie également d’un soutien psychologique adapté à son âge. La thérapie calme ses angoisses et lui permet de réaliser qu’il n’est pas seul : d’autres sont amputés, comme lui.

Aujourd’hui, Anwar est sorti de son isolement et se mêle de nouveau aux enfants de son âge. A l’école, il dessine et joue au football avec ses amis. Il étudie très sérieusement :

‘Je veux devenir docteur pour aider les personnes handicapées, et aider ma famille’. 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.

HI construit un centre de rééducation à Sanaa, au Yémen
© HI
Réadaptation Urgence

HI construit un centre de rééducation à Sanaa, au Yémen

HI a construit un centre de rééducation à Sanaa, au nord du Yémen. Les patients auront accès à des équipements spécifiques comme des tables de consultation, etc. Ce centre vient compléter l'hôpital Al-Kuwait, l'un des principaux hôpitaux de la ville.