Go to main content
 

Kenya Camp de réfugiés de Dadaab, l’urgence permanente

Prévention et santé Urgence
Kenya

En juillet 2011, Handicap International lançait des opérations d’urgence à l’Est du Kenya pour répondre à l’afflux massif de réfugiés venus de Somalie. Poussés par la sécheresse et la famine qui sévissait dans la Corne de l’Afrique, des centaines de milliers de personnes venaient remplir le camp de Dadaab qui en accueillant 450 000 personnes devenait le plus grand camp de réfugiés au monde. Toujours présente sur place, Handicap International est venue en aide à 12 000 personnes en 2015.

Un enfant handicapé fait un puzzle pendant une séance de développement psychomoteur

Un enfant handicapé fait un puzzle pendant une séance de développement psychomoteur

Handicap International intervenait depuis déjà 5 ans à Dadaab quand est survenue cette nouvelle crise. L’organisation a rapidement mis en place des équipes mobiles pour recenser les personnes handicapées, les aiguiller vers les services de base existants et s’assurer qu’elles recevaient bien l’aide dont elles avaient besoin. Trois relais Handicap et Vulnérabilité pouvaient les accueillir pour fournir soins en réadaptation, conseils, exercices pratiques, et distribuer béquilles, fauteuils roulant, etc.

Depuis plus de trois ans, l’association forme des réfugiés afin qu’ils puissent mener des séances de kinésithérapie et reproduire les gestes de base sur les patients sur leur lieu de vie. Elle sensibilise les organisations humanitaires aux droits et besoins des personnes handicapées et leur apporte un appui technique pour qu’elles mènent des actions  qui prennent en compte la situation des personnes handicapées. Il s’agit par exemple de s’assurer que les latrines ou les rampes de distribution d’eau soient à la portée des personnes en fauteuil roulant. Elle lutte également contre les violences faites aux personnes handicapées en recensant les incidents et en assurant un suivi des victimes à la fois juridique, psychologique et médical.

Handicap International reste toujours impliquée auprès des enfants handicapés pour lesquels elle conduit des activités ludiques, comme assembler des lego, faire un puzzle, déposer des objets dans seau, etc., exercices qui favorisent leur développement psychomoteur.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées
©Henri Bonnin / Handicap International
Urgence

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.