Go to main content
 

Kirkouk : Education aux risques des mines pour les enfants déplacés

Mines et autres armes Urgence
Irak

Depuis plus d’un an, les équipes de Handicap International interviennent dans les écoles en Irak, pour sensibiliser les enfants déplacés aux dangers posés par les mines et autres armes explosives. Plus de 100 000 personnes ont participé à ces activités menées par l’association, depuis le lancement de son intervention d’urgence dans le pays.

 Des petites filles participent à une session d’éducation aux risques des mines, dans une école du gouvernorat de Kirkouk.

Des petites filles participent à une session d’éducation aux risques des mines, dans une école du gouvernorat de Kirkouk. | © E. Fourt / Handicap International

Aujourd’hui, les équipes de Handicap International se rendent dans différentes écoles du gouvernorat de Kirkouk (Irak). « Il y a une importante population déplacée ici », explique Sarah, chargée du projet  Education aux risques des mines. « Une grande partie d’entre eux sont originaires de villes très contaminées par les restes explosifs de guerre, telles que Hawiga ou Ramadi. Il faut informer cette population des dangers auxquels elle s’expose, avant qu’elle ne rentre chez elle. C’est aussi maintenant qu’il faut agir, pour être sûrs que ces personnes connaîtront les bons gestes à adopter face aux dangers potentiels. »

L’équipe intervient dans différents établissements, de l’école primaire au lycée. « Les sessions d’éducation aux risques avec les jeunes enfants sont souvent celles qui fonctionnent le mieux », explique Sarah. « Il y a un effet d’émulation entre eux et ils participent beaucoup. Les opportunités sont aussi plus nombreuses : on peut mettre en place des activités et des jeux, pour faire passer nos messages les plus importants. » Les sessions pour enfants semblent également présenter des avantages pour l’équipe d’éducation aux risques : « Le fait de s’adresser à un groupe de personnes du même âge nous permet d’adapter notre discours en conséquence. Ici, ils sont tous de la même génération.»

Les enfants sont l’une des cibles majeures de l’association pour ces activités de sensibilisation. « Ils n’ont pas le même raisonnement qu’un adulte. A cet âge, ils sont particulièrement curieux et ne réalisent pas forcément le niveau de danger auquel ils peuvent s’exposerCe sont donc les premières personnes à informer sur les risques présents dans le pays. L’Irak est l’une des pays les plus contaminés au monde et ils doivent en être conscients », ajoute la chargée de projet.

Pour sensibiliser le plus de déplacés possible, les professionnels de l’association font également du porte-à-porte au quotidien, pour mener leurs sessions d’éducation aux risques des mines au sein de la population déplacée. « Parfois, on est accueillis par des familles et on se rend compte que l’un des enfants à déjà assisté à l’une de nos sessions, dans l’école du quartier. Lorsque ce cas de figure se présente, les enfants sont généralement très fiers de pouvoir montrer à leurs proches qu’ils connaissent déjà les risques des armes explosives et de pouvoir expliquer quel est le bon comportement à adopter en cas de danger », commente Sarah. « Souvent, on les encourage à prendre notre place ou à mener la session à nos côtés. Cela nous permet de vérifier qu’ils ont bien intégré les messages que l’on souhaitait faire passer et de corriger les incertitudes ou les incompréhensions, s’il y en a. Lorsqu’un enfant est capable d’expliquer à ses parents comment reconnaître une mine, un missile ou un engins explosif improvisé et comment agir pour rester en sécurité, je suis particulièrement fière. Cela me conforte dans l’idée que ces sessions d’éducation aux risques dans les écoles sont primordiales. »

Après avoir visité deux écoles primaires, l’équipe de Handicap International termine la journée par une session dans un lycée. Plus d’une centaine d’enfants déplacés, âgés de 6 à 18 ans, auront été sensibilisés aux risques des mines et autres armes explosives aujourd’hui.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.