Go to main content
 
 

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Réadaptation Urgence
Soudan du Sud

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Tichaona Mashodo, responsable de l'équipe mobile au Soudan du Sud

Tichaona Mashodo, responsable de l'équipe mobile au Soudan du Sud | © Gilles Lordet / HI

Je travaille pour Handicap International depuis deux mois maintenant au Soudan du Sud. Je dirige l'équipe mobile[1], qui intervient dans les situations d'urgence à la demande des ONG pour fournir des soins en réadaptation et un soutien psychosocial.

La situation est très instable au Soudan du Sud à cause des violences depuis 2013. On note toutefois un retour au calme depuis quelques mois... Nous sommes confrontés à d’importantes conditions de sécurité , à des difficultés d'accès aux zones reculées, certaines pouvant être isolées du reste du pays lors de la saison des pluies notamment. Les besoins humanitaires sont immenses.

De l'agronomie à l'humanitaire

Je travaille dans le secteur humanitaire depuis dix ans. Avant, j'étais agronome. J'ai travaillé pendant une dizaine d'années au ministère de l'Agriculture du Zimbabwe, mon pays natal.

Mon engagement humanitaire est une histoire de compassion. J'ai voulu mettre mes compétences au service des autres, en aidant à sauver des vies à une époque où les crises humanitaires semblent se multiplier dans le monde entier.

Pour l'inclusion des personnes handicapées

J'ai d'abord rejoint CAFOD (Catholic Agency for Overseas Development) au Zimbabwe et au Soudan du Sud, puis World Vision au Soudan du Sud. J'ai commencé à occuper des postes liés à mes compétences techniques : la sécurité alimentaire, puis je suis passé à la gestion des programmes d'urgence et d'inclusion des personnes handicapées.

Je suis très sensible aux questions d'inclusion. J'ai rejoint HI car j'étais depuis longtemps attiré par cette organisation qui a un mandat unique : aider les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, dans les crises et particulièrement dans les situations de conflit.

 

[1] Basée à Djouba, la capitale du Soudan du Sud, l’équipe mobile de HI est composée de 12 personnes, spécialistes de la rééducation et du soutien psychosocial. Elle intervient en urgence, à la demande d’organisations partenaires, dans tout le pays.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir
© Davide Preti/HI
Réadaptation

Séisme Haïti - 10 ans - Moïse rêve à son avenir

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, Handicap International a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

Philippines : HI distribue des kits d’hygiène aux victimes du typhon Kammuri
© Cyclocane
Urgence

Philippines : HI distribue des kits d’hygiène aux victimes du typhon Kammuri

HI et ses partenaires se préparent à distribuer des kits d’hygiène et de réparation de maisons suite au passage du typhon Kammuri qui a affecté près de 760 000 personnes aux Philippines début décembre.