Go to main content
 

« L’urgence : faciliter les distributions humanitaires »

Urgence
Bangladesh

Plus de 600 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis le 25 août dernier, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International a mis en place un ensemble d’actions d’urgence pour aider les réfugiés qui ont fui dans le dénuement le plus total. Emmanuel Pajot, coordinateur de la plateforme logistique, est sur place depuis deux semaines pour étudier les problématiques logistiques et de distribution d’urgence. II décrit une situation humanitaire complexe.

Handicap International possède un van équipé et de 7 équipes mobiles circulant parmi les réfugiés pour dispenser soins en réadaptation, psychologiques, informations sur les services existants. | © R. Dejito/Handicap International

« Un méga camp »

« Le camp de Kutupalong, que nous appelons le « méga camp » à cause de sa taille, accueille maintenant plus de 500 000 personnes, au sud-est de Cox Bazar. Ce camp existe depuis les années 1980 et comptait déjà 300 000 réfugiés mais depuis fin août, il a absorbé plus de 200 000 nouveaux arrivants qui s’installent là où ils peuvent. Les conditions d’accessibilité et de transports sont très compliquées : les derniers arrivés sont les plus éloignés des voies d’accès, parfois à plusieurs kilomètres de la route principale. Et il n’y a aucun espace aménagé pour les distributions humanitaires à l’intérieur de ce vaste camp.

Comment effectuer les distributions ?

Certaines personnes sont mobiles et peuvent se déplacer à un point de distribution, qui se fait le plus souvent au bord de la route, mais d’autres non, pour des questions d’âge, de capacité physique, etc. Puis, il y a des personnes qui ont peur de se perdre ! Comme toutes les tentes se ressemblent, qu’il n’y a aucune organisation ou signalisation, le risque de ne pas retrouver son abri au milieu de 600 000 personnes est réel.

Entrepôt et conditionnement

Handicap International, via son projet Atlas Logistique, installe deux espaces de plusieurs centaines de m2, l’un à proximité du méga-camp de Kutupalang (600 000 réfugiés), le second à un kilomètre de l’entrée du camp d’Unchiprang (30 000 réfugiés). Objectif : assurer le stockage et le conditionnement des biens humanitaires destinés aux bénéficiaires. Handicap International assurera par la route, l’acheminement des articles et produits humanitaires pour qu’ils puissent parvenir aux réfugiés.

Pourquoi faire du conditionnement ?

Peu d’ONG ont actuellement le droit d’importer des biens. Elles achetent les produits au Bangladesh, qu’elles doivent ensuite réunir en kits pour faciliter les distributions. Ce service que Handicap International met à disposition des ONG facilitera grandement les distributions d’urgence. 

 

Gérer l’eau des latrines à Uchinpran

Les conditions sanitaires des réfugiés sont effroyables : dans le camp de Huchinpran, qui accueille 30 000 réfugiés, rien n’est prévu pour l’écoulement de l’eau des latrines. Les eaux noires se repandent sur le sol, dans les rivières où les familles viennent puiser de l’eau… Dès qu’une latrine, le plus souvent construite à la hâte, est pleine, on en construit une autre, et ce alors que l’espace est très contraint… Il faudrait des zones d’épandage mais pour l’instant, les ONG n’ont pas l’aval des autorités pour mettre en place ces solutions techniques…

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Etre handicapée dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI

Etre handicapée dans un camp de réfugiés

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Elle et sa famille sont originaires du Myanmar. Ils sont arrivés au Bangladesh en septembre dernier. A cause de son handicap, il est difficile pour Lalu d’être réellement intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. HI lui est venue en aide.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.