Go to main content
 

Lancement des opérations de déminage en Irak

Handicap International a lancé ses opérations de déminage depuis quelques semaines dans les gouvernorats de Kirkouk et Diyala, en Irak. Après seulement un mois d’opérations dans des secteurs très affectés par les combats, l’association a déjà détruit plus de 1000 restes explosifs de guerre.

Déminage_Irak

Des restes explosifs de guerre retrouvés dans le gouvernorat de Kirkouk et prêts à être détruits. | © E. Fourt / Handicap International

Chaque semaine depuis le début du mois de janvier, des équipes de démineurs identifient, collectent et détruisent des restes explosifs de guerre. « Nous avons formé plusieurs équipes spécialisées, soit une trentaine de personnes, pour dépolluer les terres dans deux gouvernorats », explique Alberto Casero Gómez-Pastrana, chef des opérations de déminage pour Handicap International. « Nos zones d’intervention sont particulièrement stratégiques car elles sont très contaminées. Des combats intenses s’y sont déroulés et les populations qui y retournent une fois les affrontements terminés, s’exposent à un risque énorme. »

Les équipes de déminage de l’association mènent plusieurs types d’opérations : « En fonction des objets que nous identifions, nos méthodes pour les détruire diffèrent », explique Alberto. « Nous menons notamment des actions de démolition groupées, où nous faisons exploser des engins par dizaines, dans une zone identifiée et sécurisée au préalable. Mais, parfois, certains objets ne peuvent pas être déplacés et doivent être détruits in situ. Dans ce cas, le processus de dépollution est long car nous faisons exploser les engins un par un… » Les démineurs de Handicap International ont déjà assuré la destruction de plus d’un millier de restes explosifs de guerre, après quelques semaines de travail, ce qui témoigne de la densité des restes explosifs dans les zones touchées par les combats.

« Les actions de déminage sont essentielles en Irak, en particulier dans les zones où la population précédemment déplacée par les conflits, commence à se réinstaller », indique le chef des opérations. « A titre d’exemple, nous intervenons près de Bashir, dans le gouvernorat de Kirkouk. Ce village a été pris d’assaut par le groupe Etat Islamique en 2015. Les 600 familles qui y habitaient à l’époque ont fui. En mai 2016, Bashir a été repris par les forces armées. Depuis, les gens commencent à s’y réinstaller. On estime qu’il y a environ 60 familles qui sont revenues dans le village, aujourd’hui. Pourtant, les terres sont encore extrêmement polluées car cette zone a été le théâtre d’intenses combats. Notre intervention là-bas est essentielle pour assurer la sécurité de la population. »

Plusieurs dizaines de professionnels de l’association sont actuellement mobilisés dans le cadre de ces opérations de dépollution. D’autres équipes de Handicap International mènent également des sessions d’éducation aux risques dans les pays, pour sensibiliser la population aux dangers que présentent les engins explosifs. Après plusieurs décennies de conflits, l’Irak est aujourd’hui l’un des pays les plus contaminés au monde.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mangkhut aux Philippines : « Quand le typhon est arrivé, c’était la panique »
Florabel, mère de famille, témoigne de l'impact du typhon Mangkhut | © HI
Urgence

Mangkhut aux Philippines : « Quand le typhon est arrivé, c’était la panique »

Le typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines, a fait perdre la vie à plus de soixante personnes, en a affecté près d’un million et a détruit de nombreuses cultures. Des experts urgentistes de Handicap International rencontrent des victimes afin d’identifier leurs besoins. Florabel, 37 ans, témoigne.

Typhon Mangkhut: « Nous avons perdu près de 50 % des récoltes »
© HI
Urgence

Typhon Mangkhut: « Nous avons perdu près de 50 % des récoltes »

HI a dépêché plusieurs  urgentistes dans le Nord des Philippines pour évaluer les besoins des victimes du typhon Mangkhut. L’association prépare une éventuelle intervention d’urgence.

Typhon Mangkhut : des spécialistes de l’urgence de HI évaluent les besoins des victimes
© Randy Bandiola / HI
Urgence

Typhon Mangkhut : des spécialistes de l’urgence de HI évaluent les besoins des victimes

Plusieurs urgentistes de HI sont arrivés dans le nord des Philippines afin d’identifier les besoins des victimes du typhon Mangkhut, le plus violent de l’année, et de préparer une intervention d’urgence