Accès direct au contenu
 
 

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

Mines et autres armes
Laos

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de la convention, qui a été signée par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Sous-munitions au Laos | © Z. Johnson / HI

Publié en août 2017, le rapport 2017 de l’Observatoire des sous-munitions relate que le nombre de personnes tuées ou blessées par des armes à sous-munitions a plus que doublé entre 2015 et 2016. On recense 971 victimes de ces armes barbares en 2016 contre 419 en 2015. Les civils représentent 98 % des victimes de sous-munitions signalées dans le monde.

 

Le conflit Syrien

Le conflit syrien à lui seul a fait 89 % des victimes des armes à sous-munitions dans le monde en 2016, soit 860 victimes sur 971.

La grande majorité des nouvelles victimes (857) ont été blessées ou tuées lors d'attaques aux armes à sous-munitions. Mais on rapporte également de nouvelles victimes de sous-munitions non explosées longtemps après la fin d’un conflit, comme 51 nouvelles victimes au Laos.

 

Que sont les sous-munitions ?

Larguées d'un avion ou tirées du sol, les bombes à sous-munitions sont conçues pour s'ouvrir en l'air, libérant des sous-munitions sur une surface pouvant équivaloir à plusieurs terrains de football. Ils tuent et mutilent des civils et des combattants sans discrimination.

Jusqu'à 40 % de ces sous-munitions n'explosent pas à l'impact. Elles mettent en danger la vie des civils, parfois pendant des décennies après un conflit, et perturbent la vie économique et sociale des zones contaminées.

 

Progrès de l'universalisation de la Convention

Cependant, de réels progrès ont été accomplis pour l'universalisation de la Convention sur les armes à sous-munitions au cours des huit dernières années : la convention a été signée par 120 pays, dont 103 sont États Parties, ce qui en fait un puissant instrument de contrôle de ces armes... Les États sont de plus en plus enclins à faire des déclarations officielles lorsque ces armes barbares sont utilisées.

Des progrès significatifs ont également été réalisés pour leur élimination. Au total, 28 Etats ont achevé la destruction de leurs stocks, détruisant un total de près de 1,4 million d'armes à sous-munitions. A ce jour, cela représente la destruction de 97 % du total des stocks d'armes à sous-munitions déclarés par les Etats Parties.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants

Ce jeudi 24 septembre, l’Union européenne distingue HI à deux reprises, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation (E.C) pour "une Aide Humanitaire High-Tech et Durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

 

Protection des civils dans les guerres urbaines: les États réunis en ligne
Laure Chancenotte / HI
Mines et autres armes

Protection des civils dans les guerres urbaines: les États réunis en ligne

Ce 7 septembre s'est tenue une conférence en ligne réunissant les 70 États impliqués dans les négociations pour une déclaration politique commune contre les bombardements de civils.

Huit ONG œuvrant au Yémen condamnent l'attaque qui a tué 13 civils dont 4 enfants
ISNA Agency / HI
Mines et autres armes

Huit ONG œuvrant au Yémen condamnent l'attaque qui a tué 13 civils dont 4 enfants

Le lundi 15 juin, une attaque au Nord du Yémen a fait 13 morts, tous des civils. Inacceptable pour huit ONG, dont Handicap International, qui travaillent au Yémen auprès des populations.