Accès direct au contenu
 
 

Les traumatismes de la guerre, bombe à retardement de sociétés à reconstruire

Santé

Les problèmes de santé mentale chez les populations affectées par les conflits en Irak, en Syrie, au Yémen, en Libye, en Ukraine, etc., laissent une génération traumatisée par les violences armées. Souvent insuffisamment pris en charge, les troubles de la santé mentale liés à ces traumatismes peuvent avoir de lourdes répercussions sur l’ensemble d’une société et entraver leur reconstruction.

Séance d’orthophonie dans un des trois centres d’accueil d’enfants soutenus par Handicap International au Liban.

Handicap international

Les besoins en santé mentale et soutien psychosocial sont immenses en Syrie, en Irak et au Yémen, selon les observations de Handicap International auprès des déplacés et des réfugiés de ces pays. Dans un rapport publié par Handicap International en juin 2016, Syria, A Mutilated Future, 80% des victimes de bombardement interviewées dans les camps de réfugiés au Liban ou en Jordanie souffrent de détresse psychologique sévère.

« Les troubles de la santé mentale provoqués par les conflits actuels touchent des centaines de milliers de personnes. Ils auront des effets à long terme, nuisant durablement aux relations entre individus et à la reconstitution des sociétés, une fois les conflits terminés, explique Sarah Rizk, référente santé et prévention à Handicap International. Seule une bonne connaissance des besoins et une aide adaptée peut alléger les conséquences psychologiques des violences. C’est ce à quoi s’emploie Handicap International. »

L’étude sur Les Besoins des réfugiés syriens, menée en 2015 par l’université Kocaeli pour l’Organisation mondiale de la santé auprès de réfugiés syriens en Turquie, montre par exemple qu’une grande majorité d’entre eux ont directement vécu les violences de la guerre : près de 70 % ont perdu un proche ; plus de 50 % ont été pris dans des combats ; 50 % également ont perdu leur habitation ou lieu de vie, etc. Autant d’expériences traumatisantes qui peuvent nécessiter une aide adaptée.

Presque tous les enfants des familles déplacées ou réfugiées soutenus par Handicap International et qui ont été exposés aux violences en Syrie, en Irak ou au Yémen souffrent d’insomnie, de cauchemars, montrent des signes d’hyperactivité, de fatigue, ont des maux de tête, des problèmes d’attention, etc. 

L’exposition aux violences armées entraîne des états de commotion ou de stupeur qui peuvent s’accompagner de difficultés à prendre des décisions et à mener les tâches du quotidien, d’anxiété, de dépression, de syndromes traumatiques, etc. Parmi les conséquences les plus graves, les équipes de Handicap International observent des cas de perte d’identité, de la mémoire ou de mutisme.

Le manque de services et d’investissement pour répondre aux besoins en santé mentale constituent une véritable bombe à retardement pour la reconstruction de ces pays. En l’absence d’une réponse humanitaire à la hauteur des besoins, toute une génération de personnes affectées par les conflits, souffrant de traumatismes, risque de mettre gravement à mal la reconstitution future du tissu social. Dans les sociétés marquées par des violences armées, Handicap International observe souvent une détresse qui se traduit entre autre, par une augmentation des comportements agressifs, ou à risque (consommation d’alcool, de drogue, etc.), et des violences physiques et sexuelles.

L’exemple du génocide au Rwanda en 1994 qui a fait près d’un million de morts montre que les séquelles psychologiques des violences sont durables et peuvent avoir des conséquences profondes et à long terme sur le « vivre ensemble » : 22 ans après le génocide, de nombreuses personnes souffrent encore de traumatismes, avec de graves répercussions sur la cohésion sociale et la confiance entre individus. Handicap International mène actuellement dans le pays un programme de soutien psychologique touchant 6 000 personnes.

Handicap International mène des programmes de soutien psychosocial et de santé mentale dans 24 pays, dont 8 en situation d’urgence. L’association sensibilise les populations et les services de santé et sociaux locaux à ce que sont les problèmes de la santé mentale, fournit une aide psychosociale et psychologique auprès des personnes présentant des besoins et les oriente vers les services existants.

En 2015, Handicap International est venue en aide auprès de 60 000 personnes dans le domaine psychosocial, dont plus de 20 000 lors d’interventions d’urgence. En réponse aux crises en Syrie et en Irak, l’association a apporté un soutien psychosocial à près de 16 000 personnes depuis mai 2012. Au Yémen, l’association a apporté une aide psychosociale à plus de 3 200 personnes depuis septembre 2015. 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"
© Photo HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"

Rana Abdel Al est libanaise. Elle travaille pour HI en tant que kinésithérapeute auprès de réfugiés syriens victimes de bombardements. Elle sera au Luxembourg du 1er au 3 octobre pour la Pyramide de HI et témoignera auprès de ministres et députés.

Soutien psycho-social et réadaptation auprès des survivants de Beyrouth
© Tom nicholson / HI
Santé Urgence

Soutien psycho-social et réadaptation auprès des survivants de Beyrouth

Les équipes de HI mènent des séances de réadaptation et apportent un soutien psychosocial aux victimes des explosions du 4 août à Beyrouth.

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab
© HI
Prévention et santé Réadaptation Santé

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab

Dans le camp de réfugiés de Dadaab, les familles d’enfants handicapés sont particulièrement vulnérables durant la crise liée au COVID-19.  Le manque d'argent ne leur permet plus d'acheter de la nourriture pour survivre.