Go to main content
 

Mossoul : 200 000 personnes prises au piège

La semaine dernière,La semaine dernière, les forces armées irakiennes ont annoncé avoir lancé la dernière étape de leur offensive pour reprendre la ville de Mossoul, en Irak.[1] Depuis le début de l’opération militaire en octobre 2016, , plus d’un demi-million [2] de personnes ont fui la ville. Près de 200 000 personnes restent encore prises au piège des combats [3]  et pourraient fuir dans les prochains jours, une situation préoccupante pour Handicap International.

Mossoul_Khazer-camp

Des déplacés dans le camp de Khazer | © E. Fourt / Handicap International

« Nous sommes particulièrement inquiets pour les 200 000 civils encore bloqués dans la ville » indique Fanny Mraz, chef de mission de Handicap International en Irak. « Leur situation est tragique : s’ils restent chez eux, ils courent le grand risque d’être touchés par des bombardements. S’ils fuient, ils pourraient être blessés sur le chemin avant d’atteindre les zones de protection. »

Augmentation du nombre de blessés

Le nombre de personnes blessées en provenance de Mossoul a considérablement augmenté au cours des derniers mois, au rythme de l’intensification des combats. Depuis le début de l’offensive, plus de 12 500 personnes ont dû être soignées en urgence dans les hôpitaux de la région. « Sur le terrain, Handicap International constate les souffrances engendrées par la population. L’utilisation d’armes explosives à Mossoul tue, provoque des blessures graves et est la cause de traumatismes psychologiques importants. Depuis le début de notre réponse d’urgence, nous intervenons dans les hôpitaux et les camps de déplacés, pour venir en aide à la population civile touchée par les combats», souligne Fanny Mraz.

Prévenir les risques et éviter les accidents

Outre les soins de réadaptation et de soutien psychologique mis en place par l’association, Handicap International continue également ses actions de prévention, en sensibilisant les habitants de Mossoul aux risques que peuvent représenter les mines et restes explosifs de guerre. « La population est exposée à des dangers au quotidien, il est extrêmement important que chacun sache comment réagir face au risque lié aux restes explosifs de guerre. Depuis le début de notre intervention d’urgence, nous avons sensibilisé plus de 25 000 personnes », indique la chef de mission de Handicap International. 

Protéger les civils en toutes circonstances

Au vu de l’évolution de l’intervention militaire à Mossoul, Handicap International appelle à  ce que les mesures nécessaires soient mises en place pour assurer la protection des populations civiles. Cela implique notamment de ne pas utiliser d’armes explosives dans des zones densément peuplées. En outre, il est essentiel que la réponse militaire ne fige pas la réponse humanitaire. « Ce qui nous importe en premier chef, c’est la protection de la population et l’accès pour tous à l’aide humanitaire », conclue Fanny Mraz.


 [1]http://news.trust.org/item/20170526174107-khnl7/

 [2]DTM_ET_Mosul Operations Factsheet #30

 [3]http://reliefweb.int/report/iraq/under-secretary-general-humanitarian-affairs-and-emergency-relief-coordinator-stephen-1

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes
Khendo, victime du séisme, avec Sudan son kinésithérapeute | © Elise Cartuyvels / HI

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes

Il y a trois ans, la terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. HI, présente sur place, intervient immédiatement auprès des personnes affectées, et vient en aide à plus de 15 000 personnes.

HI, le lien entre Betzdorf et le Cambodge
© N. Neubert/ commune de Betzdorf

HI, le lien entre Betzdorf et le Cambodge

Handicap International Luxembourg s’est vu remettre un chèque de 1.000 euros de la part du Bourgmestre de la commune de Betzdorf, Monsieur Jean-François Wirtz.

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - Mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International.
Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.