Go to main content
 

Mossoul : Handicap International prépare une réponse à la hauteur de l’urgence

Urgence
Irak

Trois semaines après le début des opérations militaires pour reprendre la ville de Mossoul en Irak, plus de 34 000 personnes ont été déplacées. Handicap International se prépare à leur venir en aide et déploie d’importants moyens pour répondre à cette urgence. Point de situation sur l’intervention humanitaire de l’association.

Des enfants ont trouvé un engin non-explosif alors qu’ils jouaient et utilisent les techniques apprises lors de sessions d’éducation au risque pour sécuriser la zone, avant qu’une équipe de déminage n’intervienne.

Des enfants ont trouvé un engin non-explosif alors qu’ils jouaient et utilisent les techniques apprises lors de sessions d’éducation au risque pour sécuriser la zone, avant qu’une équipe de déminage n’intervienne. | © J. Zahorski / Handicap International

Une équipe de l’association s’est rendue dans plusieurs zones de déplacement la semaine dernière et cette semaine. À Qayyarah, Al Haj Ali, et dans le camp de déplacés de Jad’ah et Debaga, des milliers de déplacés originaires des villes et villages situés aux environs de Mossoul sont déjà arrivés. Le but de cette première visite était d’évaluer les besoins dans ces zones de déplacement, de façon à apporter la réponse humanitaire la plus appropriée. Handicap International mettra prochainement en place des activités de réadaptation, de soutien psycho-social et d’éducation aux risques de mines et restes explosifs de guerre dans ces communautés et camps de déplacés. Cette visite a aussi permis aux responsables de l’association de vérifier le niveau d’accessibilité des structures dans lesquelles la population déplacée est relogée, de façon à ce que les personnes handicapées ne soient pas oubliées dans cette réponse d’urgence et aient le même accès aux services humanitaires que les autres civils ayant fui leur zone d’origine.

Déploiement d’équipes mobiles

En parallèle, l’association est actuellement en train de former des équipes mobiles pour son intervention sur le terrain. Ce ne sont pas moins de 4 équipes d’éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre, 4 équipes de soutien psycho-social et 3 équipes de réadaptation qui seront très bientôt déployées dans les zones de déplacement. « Nous avons également recruté des psychologues, pour les cas de traumatisme les plus sévères » indique Fanny Mraz, chef de mission pour Handicap International en Irak, lorsqu’elle fait référence aux personnes ayant vécu plusieurs années dans des zones contrôlées par le groupe Etat Islamique. « Nos équipes comprendront également des volontaires irakiens, qui font partie de la population déplacée, et qui pourront nous aider à identifier les personnes ayant un besoin urgent de soutien psychologique. Ils nous appuieront également dans l’organisation d’activités pour les enfants dans les zones de déplacement. »

Formation des acteurs humanitaires

Handicap International est l’un des acteurs majeurs en éducation aux risques dans le pays, raison pour laquelle l’association s’apprête à former d’autres organisations humanitaires aux risques des mines et restes explosifs de guerre. « La contamination – présence de restes de guerre – n'est pas visible aux yeux de tous et il est donc nécessaire de s'assurer que chacun ait le même niveau d’information. Ces armes et engins explosifs improvisés touchent les populations civiles, mais peuvent aussi toucher les humanitaires qui leur viennent en aide. Il est donc essentiel que chacun soit sensibilisé à ces risques, lorsqu’une intervention se prépare dans un pays aussi contaminé que l’Irak. Notre expertise dans ce domaine et nos années d’expériences sont donc également mises au profit de l’intervention d’urgence des autres acteurs humanitaires présents sur le terrain », conclut Fanny Mraz.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées
©Henri Bonnin / Handicap International
Urgence

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.