Goto main content
 
 

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Mines et autres armes
Irak

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

Une séance d’éducation aux risques à des personnes déplacées en Irak

Une séance d’éducation aux risques à des personnes déplacées en Irak | © E.Fourt/HI

La fin de combats ne marque pas le retour à une vie normale pour les habitants de Mossoul. Pour beaucoup, revenir chez eux n’est toujours pas envisageable. Selon l’organisation REACH , 57 % des déplacés refusent de retourner en ville, notamment à cause de la présence de restes explosifs de guerre.

Une contamination sans précédent

Mossoul vit sous la menace permanente des restes non-explosés et de pièges explosifs artisanaux présents partout, dans les maisons, les hôpitaux, écoles, les terrains de jeux…

Dans le seul hôpital d’Al Shifa (à l’ouest de Mossoul) 1 500 engins explosifs ont été découverts et neutralisés entre octobre 2016 et juillet 2017 (chiffre d’UNMAS[1]).

On estime que ces restes explosifs polluent 8 millions de tonnes de décombres des bâtiments détruits par les bombardements[2]. Cette contamination ralentit les perspectives de reconstruction puisque le simple fait de déplacer et nettoyer les gravats constitue un réel danger.

Un danger permanent

Les engins non-explosés font de nombreux morts et blessés. HI a recensé 127 incidents, faisant 186 victimes, dus à de restes explosifs entre le 10 juillet 2017 et le 15 avril 2018. IMMAP a de son côté comptabilisé 144 incidents pendant la même période…

Les bombardements en zones peuplées sont à l’origine de cette pollution sans précédent. Entre octobre 2016 et juillet 2017 plus de 1 700 frappes aériennes et 2 800 explosions ont touché Mossoul et ont laissé derrière elles une quantité impressionnante de restes explosifs de guerre.

HI à Mossoul

HI intervient à Mossoul à travers de la réhabilitation et de l’accompagnement psychologique. Pour limiter les accidents futurs et tenter de répondre à la menace des restes explosifs, HI organise des sessions d’éducation aux risques auprès de la population.  Depuis 2014, 245 000 bénéficiaires ont pu profiter de ces séances.

 

[1] United Nations Mine Action Service

[2] Selon United Nations Environment et United Nations Habitat

 
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.

HI poursuit ses opérations de déminage en Colombie
© Juan Manuel Vargas/HI
Mines et autres armes

HI poursuit ses opérations de déminage en Colombie

Malgré la crise liée au covid-19 et le renforcement de la violence en Colombie, HI poursuit ses activités de déminage.