Go to main content
 

« Nous avons désespérément besoin de nourriture»

Urgence
Bangladesh

Comme plus de 500 000 Rohingyas qui ont fui ces derniers mois, Monowara et sa famille ont cherché la sécurité dans un camp improvisé au Bangladesh. Cette jeune femme d’une trentaine d’années a trois enfants et est enceinte de son quatrième. Elle a reçu très peu d'aide humanitaire. Monwara témoigne : 

Monowara et l'un de ses enfants

Monowara et l'un de ses enfants | Handicap International

« Nous habitons dans une structure en bambou et bâche. Nous sommes arrivés le 3 septembre et nous avons construit l'abri nous-même avec des matériaux que nous avons ont pu trouver.
Depuis que nous sommes dans ce camp, nous n’avons pas pu trouver suffisamment de nourriture ou d'eau potable, car les distributions des organisations humanitaires n'ont pas été suffisantes. J’ai besoin d'un traitement médical pour ma grossesse mais je ne peux pas aller jusqu’à l'hôpital. La nourriture est actuellement notre priorité absolue mais nous avons également besoin de vêtements et d'un endroit sûr pour les enfants ».

 

  • Depuis le 30 août, Handicap International est venue en aide à près de 10 000 réfugiés
    • Plus de 3 000 personnes ont été interviewées et leurs besoins identifiées lors d’enquêtes de porte à porte ;
    • L’association a fourni une aide psychologique d’urgence à plus de 2 000 personnes ;
    • Près de 400 séances de réadaptation ont été dispensées et 160 aides à la mobilité (fauteuils roulants, béquilles…) distribuées ;
    • Une aide psycho-sociale a été apportée par nos équipes à plus de 300 adultes et plus de 350 enfants.
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.