Go to main content
 

OURAGAN IRMA : HANDICAP INTERNATIONAL PRÊTE À INTERVENIR AUPRÈS DES HAÏTIENS

Urgence
Haïti

Face à la menace de l’ouragan Irma, qui pourrait frapper Haïti à partir de jeudi soir 7 septembre, les équipes de Handicap International présentes dans le pays sont en alerte en prévision d’une intervention.

HAITI MATTHEW

Une partie d'Haïti dévastée par l'ouragan Matthew en octobre 2016 (photo d'archive) | © Benoit Almeras / Handicap International

Catherine Stubbe, directrice de Handicap International en Haïti :

« Nous nous tenons prêts à intervenir face à cet ouragan, qui pourrait s’avérer dramatique pour la population. Compte tenu de la violence des vents annoncés et des pluies intenses qui accompagnent les ouragans, on peut s’attendre à des conséquences très lourdes. De nombreuses familles vivent dans des abris très précaires, dans des zones montagneuses reculées et difficilement accessibles, ou en bord de mer. En cas d’inondations, ces personnes ne pourront compter que sur elles-mêmes, le temps que les secours puissent les atteindre. »

L’ouragan Irma, de catégorie 5, intensité maximum sur l’échelle Saffir-Simpson, a atteint ce mercredi 6 septembre les petites Antilles (Saint-Martin et Saint-Barthélemy) et menace de frapper Haïti et Cuba. Avec des vents atteignant 360 km/h, il s’agit d’un ouragan d’une intensité sans précédent sur l’Atlantique, plus puissant que l’ouragan Harvey qui a récemment balayé le Texas et la Louisiane. « Selon les prévisions, ce sont les départements du Nord, du Nord-ouest et le haut de l’Artibonite d'Haïti qui pourraient être les plus touchés. Même si l’ouragan passe au large, la violence des vents et les pluies pourraient faire des dégâts considérables.

"Ici, tout le monde se souvient de la catastrophe engendrée par l’ouragan Matthew qui a frappé Haïti en octobre dernier », ajoute Catherine Stubbe.« Il s’agit d’un pays fragilisé par de très nombreuses catastrophes, où les services de secours sont très rapidement insuffisants. »

« Nous sommes déjà en contact avec les autorités et d’autres ONG pour préparer une éventuelle intervention. Et nous nous préparons à nous rendre dans les zones touchées dès la fin de l’alerte pour lancer les premières évaluations avec nos partenaires haïtiens. Nous nous efforçons également de mettre nos équipes à l’abri pour les préserver de l’ouragan, et d'être en capacité de venir en aide aux victimes après le passage de l’ouragan.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.