Go to main content
 

Ouragan Matthew à Cuba : les personnes handicapées particulièrement fragilisées

Urgence
Cuba

Dans la nuit du 4 au 5 octobre dernier, l’ouragan Matthew s’est abattu sur le Sud-Est de Cuba, après avoir frappé Haïti, la République Dominicaine et la Jamaïque. A Cuba, cet ouragan a engendré des conséquences considérables pour les populations fragilisées, et notamment les personnes handicapées. Handicap International est présente depuis plus de 18 ans à Cuba et contribue, entre autre, à préparer les plus vulnérables face à d’éventuelles catastrophes naturelles. 

Photo de Maria Del Carmen, affectée par l'ouragan Matthew

Photo de Maria Del Carmen, affectée par l'ouragan Matthew | © Handicap International

Suite au passage de l’ouragan Matthew, qui a frappé le Sud-Est de Cuba dans la nuit du 4 au 5 octobre, plus de 300 000 personnes ont été affectées. Dans 4 communes de la province de Guantánamo[1], les maisons de plus de 107 000 personnes ont été endommagées, et plus de 26 000 hectares de productions agricoles ont été détruits. Entre 90 et 94% des maisons de Baracoa et de Maisi, situées dans cette province, ont été détruites[2]. Handicap International envisage une intervention d’urgence auprès des victimes de la catastrophe.

Maria Del Carmen, 48 ans, vit à Baracoa. Elle témoigne :

« Ma fille m’a emmenée chez elle pour que je sois protégée. L’ouragan a été une vraie catastrophe. J’en ai connu d’autres, mais celui-là était vraiment violent, encore plus que l’ouragan Sandy. Je pensais que mon toit allait tenir – je l’avais renforcé, il a été arraché. De nombreuses maisons ont été détruites, et des palmiers et des cocotiers ont été abattus. Il va falloir des années pour que Baracoa, cette si belle ville, soit restaurée. Depuis, ma maison est en partie détruite, je reste chez ma fille. J’y retourne parfois à pied, mais avec mes béquilles, j’ai du mal à marcher. Je n’aspire qu’à une chose : rentrer à la maison ».  

Onolys Mosqueda, Président d’ACLIFIM[3], une association partenaire de Handicap International qui aide les personnes handicapées à Baracoa, ajoute :

« Ici, la majorité des personnes handicapées ont perdu leur maison. Cet ouragan a détruit la ville. Heureusement, on est solidaires. Les voisins proposent d’abriter ceux qui n’ont plus de logement. Tout le monde fait preuve de courage, mais nous avons besoin d’un soutien ».

A Cuba, Handicap International est intervenue suite au passage des ouragans Ike et Gustave en 2008 dans 3 municipalités de Pinar del Rio et Holguín, réhabilitant 6 centres scolaires permettant d’accueillir plus de 2000 élèves, dont 266 enfants avec des besoins éducatifs spécifiques.

Depuis janvier 2015, Handicap International intervient avec les ONG Care et Oxfam afin de renforcer la capacité de gestion des autorités, des institutions techniques et des personnes plus fragiles, et notamment les femmes et les personnes handicapées, face aux risques sismiques dans les villes de Santiago, de Guantanamo et de Baracoa.


Handicap International mène également une intervention d’urgence en Haïti suite au passage de l’ouragan Matthew, qui a affecté plus de 2 millions de personnes.

---------------------------------------------------------------------------------

[1] Notamment Baracoa, Imías et San Antonio del Sur.

[2] http://reliefweb.int/report/cuba/cuba-hurricane-matthew-emergency-dashboard-25-october-2016.

[3] Asociación Cubana de Limitados Físico-Motores.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées
©Henri Bonnin / Handicap International
Urgence

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.