Go to main content
 

Ouragan Matthew : « Le toit s’est envolé, les murs sont tombés »

Urgence
Haïti

Handicap International mobilise ses équipes présentes en Haïti, renforcées par des spécialistes de l’urgence arrivés vendredi 7 octobre, après le passage de l’ouragan Matthew le 4 octobre dernier. Une partie du territoire haïtien a été dévastée, des milliers de maisons détruites. Les Nations unies estiment que plus de 1,3 million de personnes sont affectées, dont 750 000 qui ont besoin d’une assistance immédiate. Témoignage de Josie et Moise, habitants du sud d’Haïti durement affecté par la catastrophe.

Habitations détruites dans le sud d'Haïti après le passage de l'ouragan Matthew

Habitations détruites dans le sud d'Haïti après le passage de l'ouragan Matthew | © P. Thieler / Handicap International

« J’habite Ravine à Charles, sur la commune de Jérémie (ndlr : une des villes les plus touchées par l’ouragan Matthew), explique Josie Pierre, 22 ans. Dans cette localité, nous avons tout perdu. La maison où je vivais avec ma mère et deux neveux est détruite. La toiture en tôle s’est envolée et les murs sont tombés. La maison de mon oncle et celle de mon cousin n’ont pas non plus résisté au passage de cet ouragan. À ma connaissance, toutes les maisons de cette localité ont été détruites par l’ouragan. Seules quatre habitations sont intactes ».

Pour ces familles qui vivaient déjà dans une grande précarité, les prochains mois s’annoncent très sombres, comme le déplore Josie :

« Nous avons perdu l’ensemble de notre bétail, nos bœufs, nos cochons, nos chèvres et nos volailles. Je ne sais pas comment nous allons faire pour survivre maintenant que nous n’avons plus rien. Je n’avais jamais vécu une telle catastrophe. »

Face à ce dénuement et à l’isolement – le réseau téléphonique est inexistant – les habitants de rivière Charles ont commencé à s’organiser : « Nous essayons de récupérer des tôles et des débris de maisons pour constituer des abris pour passer la nuit ».

"Nous sommes obligés de boire l'eau de la rivière"

Pour Moise Clarel, 77 ans, la situation est la même dans la commune de Port-Salut. Il doit à la générosité d’un proche, qui possède une maison en dur, de ne pas dormir dehors, depuis que la sienne a été balayée par l’ouragan. « Un vent violent soufflait sur notre localité depuis lundi soir 18 heures. Ma maison s’est effondrée au beau milieu de la nuit suivante après que la toiture en tôle s'est envolée et que l’eau a envahi la maison. Je voulais me réfugier chez l’un de mes fils mais sa maison était également détruite. Quand il a commencé à faire jour, je me suis rendu compte que toutes les maisons de la zone étaient à terre. »

 

« Nous consommons les fruits que nous avons pu sauver, mais dans quelques jours nous n’aurons plus rien à manger. Et notre bétail a été décimé par l’ouragan. Aujourd’hui, nous sommes obligés de boire l’eau de la rivière, car elle est plus propre que l’eau des puits. »

Une équipe d’urgence est arrivée à Port-au-Prince vendredi matin pour renforcer les équipes de Handicap International habituellement présentes en Haïti. Leurs priorités : favoriser l’acheminement de l’aide vers les personnes les plus fragiles, proposer des soins de réadaptation aux blessés et un soutien psychosocial aux personnes traumatisées. Des distributions de bâches et cordes devraient également être organisées pour permettre aux familles de constituer des abris. Des kits de cuisine, des tablettes de purification d’eau, ainsi que des aides spécifiques comme des béquilles ou des déambulateurs doivent compléter ce dispositif.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »
© Nadia Todres/HI
Réadaptation

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »

A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, Handicap International (HI) organise un évènement à Port-au-Prince, en Haïti, qui vise à mobiliser les autorités au sujet de la thématique de la réadaptation dans le pays. HI propose notamment une exposition photo et un concert, qui sera donné par le chanteur B.I.C., star haïtienne et ambassadeur de l’association.