Go to main content
 

Pauline Lavirotte : “Des zones complètement oubliées, voire ignorées depuis le passage de l’ouragan.”

Urgence
Haïti

En Haïti, Pauline Lavirotte est chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew. De retour d’une mission d’évaluation à Jean-Rabel, dans le Nord-Ouest du pays, elle nous alerte sur l’impact à long-terme de la catastrophe sur des populations déjà vulnérables.

Pauline Lavirotte, chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew

Pauline Lavirotte, chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew | © Benoit Almeras / Handicap International

“Jean-Rabel est une commune isolée du département du Nord-Ouest d’Haïti, à mi-chemin entre le Môle Saint-Nicolas et Port-de-Paix. Elle se trouve dans un massif montagneux, très aride en comparaison avec le reste du pays. Il y a environ 140 000 habitants dans la commune. Les habitants vivent dans différents endroits dans les collines; essentiellement de l’élevage et de l’agriculture.”

“Pour répondre aux besoins urgents, les habitants ont développé des mécanismes d’entraide, comme des ‘tontines’, des associations locales de micro-crédit. La solidarité villageoise est très forte.”

“En dehors de quelques associations haïtiennes et d’autres organisations de développement, la faible présence d’acteurs humanitaires limite la remontée d’informations auprès des principales ONG présentes à Port-au-Prince, ce qui nous a incités à conduire une évaluation dans cette zone.”

“Plus on approchait du Nord-Ouest, plus les dégâts de l’ouragan étaient visibles, particulièrement à partir de Bombardopolis. À Jean-Rabel, des maisons se sont effondrées sous la violence des vents. Perte de plantations et du bétail, les habitants de la commune sont très inquiets d’avoir perdu leurs sources de revenus. L’ouragan a renforcé leur vulnérabilité, alors que les conditions des habitants de vie étaient déjà précaires.”

“À Jean-Rabel, il n’y a aucun centre de santé suffisamment équipé pour prendre en charge d’éventuels blessés; l’accès à l’eau potable et aux centres de santé est presque inexistant. Les personnes qui ont été touchées par l’ouragan ont dû se réfugier chez leurs voisins et n’ont aucun endroit où loger provisoirement.”

“Depuis le passage de Matthew, Jean-Rabel a été complètement oubliée, voire ignorée. Les personnes affectées ont besoin d’un abri pour se loger, d’un accès à l’eau potable. Les conséquences à long-terme de l’ouragan seront graves s’ils ne bénéficient pas d’un soutien.”

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.