Accès direct au contenu
 
 

Plus de 2 000 restes explosifs de guerre détruits en deux mois

En janvier 2017, Handicap International lançait ses opérations de déminage en Irak. L’association, qui intervient dans des zones particulièrement affectées par les combats, a déjà détruit plus de 2 000 restes explosifs de guerre depuis le début de l’année.

Iraq_demining-activites

Une équipe de déminage au travail. | © E. Fourt / Handicap International

Dans le gouvernorat de Kirkouk, plusieurs démineurs vêtus d’une tenue de protection bleue inspectent un champ, sous le regard intrigué des habitants des environs. « Cette zone a été très contaminée par les bombardements de 2003 », explique Nizar Abdul Karim, responsable technique des opérations de déminage pour Handicap International. « En effet, nous ne faisons pas uniquement face à des restes explosifs de guerre liés aux combats qui touchent le pays depuis 2014,  il y a aussi des contaminations plus anciennes. Ici, par exemple, on retrouve encore beaucoup de bombes à sous-munition. »

Un peu plus loin, près d’un village, une autre équipe de l’association est au travail. « Avant 2014, plus de 70 familles habitaient dans ce village, mais elles ont été obligées de fuir. Cette zone a été le théâtre d’affrontements intenses et nous ne sommes qu’à quelques kilomètres des lignes de front », explique Nizar. «  Avant que les gens ne reviennent s’installer ici, nos équipes marquent les zones à risques, pour prévenir qu’elles sont dangereuses car encore très contaminée par les restes explosifs de guerre. Nous menons toujours ce genre d’opération avant de déminer une parcelle de terrain. »

Un habitant du village, présent sur les lieux, indique : « Ce que vous faites ici est très important. Nous commençons à envisager de nous réinstaller, mais nous ne nous rendons pas compte des risques que cela représente. Je suis content que vous installiez cette signalisation autour du village, ça permettra aux gens de savoir qu’ils ne peuvent pas cultiver ce champ ou même s’en approcher avant que vous ne veniez déminer. »

« Un missile dans notre jardin »

Partout où elles interviennent, les équipes de Handicap International essaient d’aller au plus près de la population, pour la protéger des dangers auxquels elle pourrait être exposée. Une femme raconte : « Je suis rentrée au village il y a 5 ou 6 mois, avec ma famille. Lorsque nous sommes arrivés devant notre maison, nous avons découvert un missile dans notre jardin. Les équipes de Handicap International sont venues le détruire. Depuis, je suis rassurée et mes enfants peuvent à nouveau jouer dehors. »

Ici comme dans d’autres zones du pays, plusieurs dizaines de professionnels de l’association sont actuellement mobilisés dans le cadre de ces opérations de dépollution. Ils ont détruit plus de 2 000 restes explosifs de guerre au cours des deux derniers mois. Mais la tâche demeure immense : après plusieurs décennies de conflits, l’Irak est l’un des pays les plus contaminés au monde.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes Technologie

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils

Alors que Handicap International se bat pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zone urbaine, un rapport révèle que 29.499 personnes ont été tuées ou blessées par ce type d’engin en 2019 dans le monde. 66% d’entre-elles étaient des civils.

Cuisine du Monde Burkina Faso
© Erwan Rogard / Handicap International
Evénements

Cuisine du Monde Burkina Faso

Le jeudi 30 janvier aura lieu la première édition de l’année 2020 de notre Cuisine du Monde dans nos locaux à Luxembourg.

Séisme en Haïti, 10 ans déjà: Moïse rêve à son avenir
© Davide Preti/HI
Réadaptation

Séisme en Haïti, 10 ans déjà: Moïse rêve à son avenir

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.