Accès direct au contenu
 
 

Plus de 37.000 familles affectées par un séisme aux Philippines

Urgence
Philippines

Handicap International a évalué les besoins des victimes des séismes qui ont frappé les Philippines entre le 16 et le 31 octobre dernier, et se dit désormais prête à intervenir. Près de 231.000 personnes seraient en situation d'urgence.

 

Dans les centres d'évacuations, les conditions de survie des plus vulnérables sont très dures

Dans les centres d'évacuations, les conditions de survie des plus vulnérables sont très dures | Elise Cartuyvels / HI

Plusieurs séismes ont frappé les Philippines entre le 16 et le 31 octobre dernier, à Tulunan, Cotabato-Nord, entraînant la mort de 21 personnes, et faisant plus de 400 blessés. De nombreux dégâts sont à déplorer dans les maisons et centres de santé.

Près de 231.000 personnes seraient en situation d'urgence, dont 36.000 réparties dans 32 centres d’évacuation. Plus de 1.000 écoles seraient endommagées, empêchant plus de 3 millions d’élèves de reprendre la classe.

Handicap International a mené, ces derniers jours, une évaluation des besoins des victimes, en se concentrant sur les besoins des plus vulnérables.

Accès compliqué à l'aide d'urgence

« De nombreuses personnes handicapées n’ont pas accès aux sites de distribution (de nourriture par exemple), qui sont parfois éloignés. De plus, il y a souvent une longue file pour les atteindre, ce qui complique encore les choses », rapporte Reiza Dejito, directrice de Handicap International aux Philippines.

« L’accès à l’eau potable est aussi un vrai problème. De plus, de nombreuses maisons ont été détruites ou endommagées, donc les habitants doivent dormir dans des centres d’évacuation, sous tente, ou dans un abri temporaire qu’ils ont confectionné. La journée, il fait très chaud, et la nuit, il pleut. Ils ont besoin de couvertures, de bâches, de moustiquaires, etc. »

Promiscuité et manque d'intimité

« Le fait que de nombreuses personnes vivent dehors entraine aussi un manque d’intimité : par exemple, une mère nous racontait qu’elle devait changer son fils handicapé dehors, devant tout le monde », ajoute la jeune femme.

Pour Handicap International, la priorité est de pouvoir répondre aux besoins de base des personnes affectées (accès à l’eau potable, à un abri, aux sanitaires, etc.), et par la suite, de permettre aux personnes blessées et traumatisées de bénéficier de soins de réadaptation et d’un soutien psychologique.

La décision sur les modalités d'intervention sera discutée ces prochains jours.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

8 ONG appellent à un cessez-le-feu en Syrie
Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Urgence

8 ONG appellent à un cessez-le-feu en Syrie

Alors que les hostilités continuent de s’intensifier dans nord-ouest de la Syrie, 8 ONG lancent un appel urgent à un cessez-le-feu.

Eruption du volcan Taal aux Philippines : les équipes de HI évaluent les besoins des personnes affectées
© HI
Urgence

Eruption du volcan Taal aux Philippines : les équipes de HI évaluent les besoins des personnes affectées

HI évalue les besoins des victimes du volcan Taal (Philippines), qui est entré en éruption ce 12 janvier 2020, et envisage une intervention d'urgence.

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti : l'intervention de Handicap International suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, Handicap International a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.