Go to main content
 

Pour que les familles isolées puissent se protéger

Urgence
Haïti

Malgré la récurrence des catastrophes en Haïti, la population est toujours très vulnérable aux désastres, faute d’infrastructures et de services de secours suffisants. Handicap International a mis en place depuis plusieurs années plusieurs projets de prévention des risques de désastres, pour aider les personnes les plus isolées à se protéger.

(Archive) Séance de sensibilisation aux risques

(Archive) Séance de sensibilisation aux risques | A.Richard/Handicap International

Alors que l’ouragan Irma approche des côtes Nord d’Haiti, après avoir ravagé plusieurs iles de la Caraïbe, dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy ce mercredi, la population haïtienne se prépare au pire. Avec des moyens souvent rudimentaires, les familles tentent de limiter les conséquences des vents violents et des fortes pluies qui peuvent engendrer des conséquences dramatiques.

L’association conduit depuis 2013 des projets de gestion des risques de désastres pour aider les personnes les plus isolées, qui ne peuvent compter que sur elles-mêmes en cas de catastrophe naturelle. Elles sont de fait souvent coupées du reste du pays pendant plusieurs jours, quand les rivières sortent de leurs lits, que les routes sont entravées par de glissements de terrains. Des kits contenant des lampes de poche, des radios, des pochettes étanches ainsi que des bâches ont été distribuées à des familles notamment dans le Sud du pays, pour leur permettre de se mettre à l’abri et de préserver leurs habitations et leurs documents essentiels. Ces familles ont aussi été sensibilisées sur la nécessité de rejoindre les abris lors des alertes tels que les écoles et lycées ou dans certains abris construits en dur. Handicap International a par ailleurs réalisé des travaux d’accessibilité (rampes inclinées par exemple) dans plusieurs établissements, de manière à permettre aux personnes handicapées ou aux personnes âgées de se mettre rapidement en sécurité.

Handicap International plaide également pour que les personnes handicapées soient intégrées dans la réponse aux urgences. Pour que ces personnes ne soient pas oubliées lors des catastrophes. L’association travaille sur ce projet à la fois avec les autorités, notamment la direction de la Protection civile haïtienne, et avec les organisations de personnes handicapées. Un enjeu majeur dans un pays très exposé aux catastrophes. Des 56 désastres survenus dans le pays et reconnus internationalement, on relève 20 catastrophes majeures au cours du 20ème siècle et 4 au cours de la dernière décennie. À l’échelle mondiale, Haïti est le troisième pays le plus touché par les événements climatiques, selon l’index mondial sur le changement climatique publié en 2016 par Germanwatch.

Handicap International, présente dans le pays depuis 2008, est intervenue suite à l’ouragan Matthew, en octobre 2016, ainsi que lors du séisme de 2010. L’association, qui compte une trentaine de salariés dans le pays, mène également des projets de réduction de risques de catastrophes naturelles en lien avec la Direction de la protection civile dans plusieurs départements du pays.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.