Go to main content
 

Protéger les enfants des restes explosifs de guerre

Avec le soutien de l’UNICEF, Handicap International a mené entre octobre 2015 et février 2016 une vaste campagne de sensibilisation aux risques liés aux mines et aux restes explosifs de guerre dans les écoles, près de la ligne de front où s’opposent l’armée ukrainienne et les milices pro-russes. Plus de 5 600 enfants âgés entre 6 et 18 ans ont été éduqués.

Handicap International est intervenue dans trois districts qui longent la « ligne de contact », frontière qui sépare la région sous contrôle des milices pro-russes du reste du pays, et qui sont régulièrement sous le feu des combats. L’objectif : informer enfants et adolescents sur les dangers des mines et des restes explosifs et leur apprendre les bons gestes.

« Les dangers sont multiples, explique María Angélica Jaramillo, chef de projet éducation aux risques pour Handicap International. Les bombardements sur les villes et les villages laissent des bombes qui n’ont pas explosé à l’impact et qui peuvent être à portée de main d’un enfant. Les champs de mines, notamment aux abords des check-points, ne sont signalés par aucun marquage. »

Malgré le cessez-le-feu signé par les parties prenantes au conflit en février 2015, les violences n’ont jamais cessé. Les bombardements et les pilonnages sont quasi quotidiens.

Les coupures d’électricité et de gaz forcent de nombreux adultes à aller chercher du bois en campagne, s’exposant ainsi aux risques des engins explosifs. Les ferrailleurs qui se sont multipliés depuis le début du conflit  se mettent en danger en récupérant des restes explosifs pour la revente du métal.

Mais les enfants sont les plus exposés au danger : « Pour un enfant de huit ans, une mine ou une bombe qui n’a pas explosé ressemble à un jouet. Il en voit une, il  a tout de suite envie de s’en saisir. Il n’a aucune notion du danger », explique María.

Quatre animateurs de Handicap International sont allés dans les classes, dans plus de quarante écoles, dans le district de Mariinka, et les villes de Dzerzhinsk et Avdiivka, pour marteler les messages de base : quels sont les dangers que posent les mines et les restes explosifs de guerre ? Comment les reconnaitre ? Quels sont les bons réflexes à avoir en leur présence ?

Pour les plus jeunes, ils ont utilisé le jeu, comme des activités par le dessin, par exemple, pour que la session soit ludique, que les messages ne fassent pas peur aux enfants et soient bien retenus. 

Douze enseignants ont également été formés pour mener à leur tour ces sessions, ainsi que les membres de deux associations locales qui ont pris la relève de Handicap International depuis février.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées.

Campagne #school4all : améliorer l’accès des enfants handicapés à l’école
© Lucas Veuve / HI
Sensibilisation

Campagne #school4all : améliorer l’accès des enfants handicapés à l’école

Alors que l’éducation est un droit universel, 32 millions d’enfants handicapés dans le monde ne sont pas scolarisés. Handicap International lance ce 5 juillet la campagne mondiale #school4all (école pour tous) afin de leur ouvrir les portes de l’école. Une priorité pour l’association qui agit dans 31 pays afin de permettre à plus de 144 000 enfants de recevoir une éducation.

Blessure par balle : un long parcours médical
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Blessure par balle : un long parcours médical

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour regagner en mobilité peut prendre des mois, voire des années : une convalescence longue qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle. Suivi par HI, il commence sa rééducation :